ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu général :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
UNE EXPOSITION COLOMBOPHILE QUI FERA DATE [2295 lectures] 
 
  21/11/2021 19:20 par ΨThierry 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_21112107260626161117680351.jpg

UNE EXPOSITION COLOMBOPHILE QUI FERA DATE
Ecrit par Guy Roca | 17 Nov 2021 | A la Une, Actualités, Associations, Le Cailar


PrĂ©vue et organisĂ©e de longue date par l’Entente Colombophile de Camargue, cette exposition qui s’est dĂ©roulĂ©e du 6 au 9 novembre 2021 a connu un vĂ©ritable succès, mĂŞme inattendu par certains de ses cĂ´tĂ©s. La crise sanitaire que nous connaissons n’avait pas permis sa tenue l’an passĂ©.

Cette annĂ©e, c’est avec le concours de la municipalitĂ© du Cailar pour la mise Ă  disposition de la salle d’exposition, avec le concours du colombier militaire du Mont ValĂ©rien, le seul colombier militaire encore en activitĂ© de nos jours, avec aussi celui du CCAS de la ville du Cailar pour les confĂ©rences de prĂ©sentation qui se sont organisĂ©es en clĂ´ture et avec les visites de l’ensemble des Ă©coles primaires de la ville que cette exposition a pu se rĂ©aliser.

Lors de l’inauguration, le 6 novembre, Paul-Edouard Despierres, prĂ©sident de l’Entente Colombophile de Camargue a rappelĂ© la genèse de l’association, il y a six ans. Il a soulignĂ© la place importante faite Ă  la jeunesse. « Chaque membre adulte a l’obligation de parrainer un jeune de moins de 15 ans qui se voit offrir 20 pigeons au moment de son adhĂ©sion. Chaque annĂ©e, le TrophĂ©e Jean Herman, dĂ©diĂ© Ă  la jeunesse, rĂ©compense le jeune qui a classĂ© le plus grand nombre de pigeons aux meilleures places sur l’ensemble des concours.». Le maire, JoĂ«l Tena, a tenu Ă  remercier l’association pour sa participation aux cĂ©rĂ©monies du 8 mai et du 11 novembre. « Le pigeon, oiseau messager, est un symbole de paix et d’espoir. » Il a insistĂ© sur le rĂ´le de l’association dans la vie associative du village et lui a souhaitĂ© « une bonne continuation ».

Au total, avec une prĂ©sentation des activitĂ©s associatives de l’Entente Colombophile de Camargue dans le cadre de ses animations hebdomadaires du mercredi au profit des adolescents, avec une retour historique sur ce qu’ont Ă©tĂ© les engagements des pigeons voyageurs depuis la prĂ©histoire et jusqu’aux grands conflits mondiaux du siècle dernier, avec enfin une prĂ©sentation dĂ©taillĂ©e des matĂ©riels utilisĂ©s par la colombophilie sportive depuis de très nombreuses annĂ©es, le public a pu se familiariser avec d’innombrables objets anciens et contemporains aussi, tous fruits des nombreux dons reçus au fil de ses six annĂ©es d’existence de l’Entente Colombophile de Camargue. Ce sont tous ces dons qui constituent aujourd’hui l’essentiel de ce qui est exposĂ© au Petit MusĂ©e Antique du Pigeon Voyageur, 11 avenue Pasteur 30740 Le Cailar et dont les visites sont possibles chaque mercredi ou sur RdV pris au 06 26 71 29 11.

Article original

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Saint-Omer : 3 à 4 000 pigeons recherchés pour un tournage de cinéma [2710 lectures] 
 
  16/08/2021 10:13 par ΨThierry 
images/rubriques/calendrier.jpg
L’Ă©quipe du film « Les Pires » a posĂ© ses camĂ©ras pour plusieurs semaines Ă  Boulogne-sur-Mer. Ă€ l’occasion d’une scène autour de la colombophilie, elle envisage de faire un grand lâcher de pigeons. Le groupement colombophile de Saint-Omer a Ă©tĂ© sollicitĂ© pour organiser ce grand rassemblement.

B9727981759Z.1_20210815113151_000%2BGBOIO16VP.1-0.jpg?itok=wziOhcA-1629089608

C’est dans le cadre du tournage du filmLes Pires, rĂ©alisĂ© par Lise Akoka et Romane Gueret et dont les premières scènes ont Ă©tĂ© tournĂ©es la semaine dernière Ă  Boulogne-sur-Mer, que l’Ă©quipe de production est Ă  la recherche de figurants pour le moins particuliers : 3 Ă  4 000 pigeons voyageurs pour le tournage de plusieurs plans Ă©voquant le monde de la colombophilie.

Le groupement de Saint-Omer a été sollicité pour organiser ce lâcher de pigeons qui devrait avoir lieu le lundi 23 août (ou le mardi 24 en cas de report pour mauvais temps). La mise en loges aura lieu le dimanche 22 août. Les pigeons seront enlogés comme un entraînement, sans obligation de bague électronique ou caoutchouc.

0,75 ¤ par pigeon
L’objectif de la production est de rĂ©unir 3 000 Ă  4 000 pigeons. Les colombophiles audomarois sont invitĂ©s Ă  participer Ă  cette aventure, vĂ©ritable promotion de la colombophilie, et toucher au passage quelques euros toujours bienvenus… Les amateurs qui engageront des pigeons percevront 0,75 ¤ par volatile, sans limitation de nombre par amateur jusqu’Ă  obtention du contingent voulu. Un système de prĂ©inscription est mis en place.

Les amateurs des groupements de Saint-Omer, Béthune, Boulogne-sur-Mer, Saint-Pol et Calais sont invités à participer en priorité mais chacun peut venir dans la limite des places.

Pour les groupements de Saint-Omer et Calais, les enlogements sont prĂ©vus Ă  Zutkerque, rue des Écoles, le dimanche 22 de 17 h Ă  18 h (rĂ©servations au 07 78 70 60 15, par mail email anti-spam), Ă  Enquin-les-Mines au stade de football le dimanche de 17 h Ă  18 h (rĂ©servations au 06 89 16 44 70, par mail email anti-spam) et sur le parcours de l’aĂ©rodrome du plateau des Bruyères Ă  Longuenesse le dimanche de 17 h Ă  18 h 30 (rĂ©servations au 03 21 95 54 73, par mail email anti-spam).

Article posté dans "la voix du nord" du 16/08/21
lien vers l'article

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Pigeons voyageurs : la passion des coulonneux ne faiblit pas dans le N [4979 lectures] 
 
  10/09/2020 19:49 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_200910074628242873.jpg
Les coulonneux, ces passionnés de pigeons voyageurs, sont plus de 10.000 en France, dont la moitié dans ce qu'on appelait autrefois le Nord-Pas-de-Calais. Le journal "La Croix" leur consacre une double page ce 10 septembre.
u nord, il n'y a pas que les corons, il y a aussi les coulonneux. C'est ainsi qu'on appelle les colombophiles, ces passionnés de pigeons voyageurs. Ils sont plus de 10.000 en France, dont la moitié dans ce qu'on appelait autrefois le Nord-Pas-de-Calais. Le journal La Croix leur consacre une double page.


Si cette passion est si répandue dans le Nord, c'est que la colombophilie est née en Belgique à la fin du XIVe siècle et a vite passé la frontière pour atterrir dans les corons. On a longtemps trouvé un pigeonnier à chaque porte de mineur car le dimanche matin venu, les courses de pigeons permettaient d'oublier la semaine, les coups de mou et les coups de grisou.

Les gueules noires s'offraient ainsi un coin de ciel bleu. C'était aussi l'occasion pour les mineurs de battre leurs chefs. Oui, la colombophilie est du sport, en tout cas une compétition. La veille de la course, les pigeons sont mis en loge, c'est-à-dire en cage. On les emmène jusqu'à leur point de départ en camions et ils reviennent ensuite à leur colombier.

Une course de fond jusqu'à 1.000 kilomètres


Un sens de l'orientation incroyable qu'ils doivent à leur bec. Il est doté d'un organe sensible qui sait détecter le champ magnétique terrestre. Ce n'est pas infaillible puisque 5 à 10% se perdent. On peut leur pardonner quand on sait qu'un course de demi-fond représente 400 kilomètres et une course de fond jusqu'à 1.000 kilomètres.

Comme pour les chevaux, il y a des champions. Chez Jean-Louis, instituteur, la doyenne du colombier est une pigeonne toute blanche de 2007 qu'il appelle "Mamie". "Elle m'a rapporté presque 60 prix en sept ou huit ans. Son père faisait des exploits, je l'avais achetée à un vendeur hollandais", confie le coulonneux à La Croix.

Un mâle vendu 1,25 million d'euros aux enchères

+ commentaires 2 commentaires 
 
 
 
 
   
 
Scandale au Tour de France des pigeons aprÚs la mort de 11 volatiles [2662 lectures] 
 
  01/08/2020 17:58 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_200801054650265769.jpg
Le quotidien britannique The Guardian se fait l'écho, ce vendredi 31 juillet, d'une affaire des plus surprenantes secouant le petit monde de la colombophilie. Dans le cadre du concours de Barcelone, l'un des plus prestigieux du milieu, le club des internationaux français, déclinaison à l'internationale du Tour de France des pigeons, a vu onze de ses volatiles assassinés.

Dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 juillet, juste avant la compétition, les onze oiseaux français ont ainsi été retrouvés morts les uns après les autres, empoisonnés.

Le club tricolore a également déploré sept autres pigeons gravement malades, ce qui l'a poussé à se retirer précipitamment du concours, en invoquant des préoccupations concernant la sécurité et «l'équité»,
comme on peut notamment le lire sur le communiqué émis sur son site.

Un concours et des milliers d'euros

InterrogĂ© par le Guardian, le prĂ©sident du club des colombophiles français a assurĂ© que des concurrents s’Ă©taient rĂ©jouis de ce massacre. Pour Philippe Odent, ce sont des actes odieux pePour bien comprendre, il faut dire que la course de Barcelone n'est pas n'importe quelle compĂ©tition colombophile. C'est tout simplement l'une des plus grandes courses d'endurance de l'annĂ©e oĂą se pressent chaque annĂ©e des dizaines de pigeonniers europĂ©ens.

Avant le retrait de la délégation française, l'édition 2020 comprenait à elle seule près de 15.000 pigeons inscrits prêts à parcourir 1.062 km à travers les Pyrénées.
rpétrés par des «vautours» et des «parasites».

«Leurs paroles me sont indiffĂ©rentes et ce serait leur faire trop d’honneur de les commenter, mais je pense qu'heureusement beaucoup de gens savent Ă  prĂ©sent le genre de sinistres personnages qu’ils sont», a-t-il ajoutĂ©
Pour bien comprendre, il faut dire que la course de Barcelone n'est pas n'importe quelle compétition colombophile. C'est tout simplement l'une des plus grandes courses d'endurance de l'année où se pressent chaque année des dizaines de pigeonniers européens.

Avant le retrait de la délégation française, l'édition 2020 comprenait à elle seule près de 15.000 pigeons inscrits prêts à parcourir 1.062 km à travers les Pyrénées.
Et dans cette compétition, où le premier prix consiste en un joli pactole de 250.000 euros, certains semblent partir du principe que tous les coups sont permis.

Un fluide moteur contaminant les abreuvoirs

Une rapide autopsie ayant Ă©tĂ© faite par un vĂ©tĂ©rinaire flamand sur l’un des pigeons morts a ainsi rĂ©vĂ©lĂ© des traces d’un fluide moteur appelĂ© AdBlue dans les entrailles de l’oiseau.

Selon les premières constations, c'est l'un des abreuvoirs qui aurait été délibérément contaminé par ce liquide puis utilisé par l'un des volontaires s'occupant des oiseaux.

«Personne ne peut imaginer cela, tout le monde est dévasté», a déclaré au Guardian Luc de Geest du groupe Cureghem Centre, l'un des organisateurs belges qui dirige la course depuis près de cinquante ans. Pour autant, l'homme n'envisage pas à ce stade de dilligenter une enquête : «Nous sommes si tristes que nous ne souhaitons même pas entreprendre de recherches pour savoir qui exactement a souillé cet arrosoir mortel», a-t-il expliqué.
Alors que le Tour de France des pigeons 2020, initiallement prévu en juin, a dû être décalé en 2021 pour cause de pandémie de coronavirus, les colombophiles français se faisaient une joie de participer au concours de Barcelone, l'un des rares concours maintenus.

Et si pour Luc de Geest Barcelone était censé être une fête, «ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir dans une année déjà catastrophique», a-t-il résumé.





ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
les passionnés de colombophilie en congrÚs à Saint-Quentin [2587 lectures] 
 
  20/01/2020 10:34 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_200120103417647483.jpg
L'élevage et les compétitions de pigeons voyageurs comptent encore environ 10 000 licenciés en France, dont une part importante dans la région. Ils avaient rendez-vous ce week-end à Saint-Quentin pour le congrès national de la fédération.
C'est une activité typique de la région, un sport confidentiel. Du 17 janvier au 19 janvier se tenait au Palais des sports de Saint-Quentin le congrès national des adeptes de la colombophilie. À savoir, "l'art d'élever des pigeons voyageurs pour les engager dans des courses ou concours", selon la Fédération dédiée.


Championnat de France des régions à Roye : 3 questions sur la colombophilie
Championnat de France des régions à Roye : 3 questions sur la colombophilie

Importée de Belgique, la pratique a été adoptée par les mineurs du Nord à partir de 1850. Aujourd'hui encore, la Picardie arrive en seconde place (après le Nord-Pas-de-Calais) en nombre de licenciés, avec 870 pratiquants. C'est pourtant la première fois en 30 ans que la région accueille cette réunion annuelle, qui mêle démonstrations, ventes de pigeons et concours.
La discipline repose sur l'Ă©levage des volatiles, mais aussi la compĂ©tition et la joie de voir revenir au colombier des oiseaux lâchĂ©s Ă  plusieurs centaines de kilomètres. "Ce sont les bonnes choses, quand on voit le pigeon arriver, et qu’il a fait 500 km, 600 km ou 700 km, reconnaĂ®t Jean-Pierre Barbotteau dans son colombier Ă  Gauchy. Tout dĂ©pend des distances qu’on joue. Mais dans les grands concours internationaux, ils sont lâchĂ©s le matin. Et il y en a qui, le soir, ont des pigeons !"


12 ans de course pour les pigeons voyageurs du colombodrome de Roye (80)
12 ans de course pour les pigeons voyageurs du colombodrome de Roye (80)

Mais la transmission de cette passion est difficile. "Comme tous les sports traditionnels, je ne vais pas vous dire qu’on augmente nos adhĂ©rents chaque annĂ©e, reconnaĂ®t Jean-Jacques Dupuis, prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration de colombophilie française. Mais on a des jeunes qui arrivent ! D’ailleurs, le podium du championnat de France est composĂ© de trois jeunes qui ont moins de trente ans. Donc c’est quaPour encourager les vocations, le congrès accueillait samedi les concours des meilleurs dĂ©butants et des meilleurs jeunes. Alexandre, 23 ans, participait Ă  ce dernier. Ce jeune Lillois a hĂ©ritĂ© la pratique de son père. "Il m’a appris en Ă©tant jeune ; et comme je suis un amoureux des bĂŞtes, j’ai continuĂ©", explique-t-il, soulignant la nĂ©cessitĂ© de "prendre la relève". La colombophilie compte encore 10 000 adhĂ©rents. Un millier de personnes Ă©taient prĂ©sentes dans l'Aisne ce week-end. "

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Une pétition pour la création d'un musée de la colombophilie dan [1651 lectures] 
 
  15/05/2019 17:10 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_190515050534793353.jpg
Un Nordiste a lancé une pétition en ligne pour obtenir la création d'un musée consacré à la colombophilie dans le bassin minier. Il estime qu'elle fait pleinement partie des traditions du Nord-Pas-de-Calais.
Pour la création d'un musée de la colombophilie dans le bassin minier": c'est le nom d'une pétition mise en ligne sur le site change.org par Thomas Pawlowski (si la pétition ne s'affiche pas sur le site change.org, tapez "colombophilie" dans le champ de recherche). Cette pétition est adressée à Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts-de-France. Il estime que c'est à la région de créer une telle structure, pour rendre hommage à cette tradition fortement ancrée dans le Nord et le Pas-de-Calais.

1 commentaire 1 commentaire 
 
 
 
 
   
 
Briançon : Une exposition vivante revient sur la place des animaux pen [1306 lectures] 
 
  11/11/2018 08:20 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg

mini_181111081543249011.jpg




Les cĂ©lĂ©brations autour du centenaire de l’armistice de la première guerre mondiale battent leur plein dans l’Hexagone. A Briançon,une exposition consacrĂ©e au 159ème rĂ©giment d’infanterie alpine propose de revenir sur la place occupĂ©e par les animaux lors de ce conflit.



¾ des messages Ă©changĂ©s pendant la Grande Guerre l’ont Ă©tĂ© grâce aux pigeons voyageurs. C'Ă©tait le moyen de communication le plus sĂ»r Ă  cette Ă©poque. Un pan de l’Histoire largement mĂ©connu qu'ont voulu mettre en avant les passionnĂ©s de l'association "Souvenir, sauvegarde et histoire militaire".
Des pigeons participent à l'exposition pour intéresser petits et grands
Pour cela, ils ont invitĂ© l'un de leurs adhĂ©rents, colombophile amateur, Ă  venir prĂ©senter quelques-uns de ses volatiles. Jean-Luc Touzeau a dĂ©couvert cette passion voilĂ  50 ans. A Briançon, depuis l’ouverture de cette exposition le 15 septembre dernier, il apporte ses connaissances au plus de 5 000 visiteurs qui ont dĂ©jĂ  franchi les portes.
L’exposition consacrĂ©e au 159ème rĂ©giment d’infanterie alpine fait aussi la part belle Ă  deux autres hĂ©ros oubliĂ©s de la "Der des der" : les chevaux et les chiens. Les Ă©quidĂ©s auront d'ailleurs payĂ© un lourd tribu pendant la première guerre mondiale. Chaque mois, 9 Ă  10 000 chevaux Ă©taient tuĂ©s sur le champ de bataille...

Pour en savoir plus et profiter d’un envol de pigeons voyageurs, vous avez jusqu'au 13 novembre prochain pour visiter cette exposition situĂ©e dans le "vieux" Briançon.




ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Aperçu historique : avant les téléphones, les pigeons voyageurs [1248 lectures] 
 
  14/10/2018 16:57 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
Art-Culture-MĂ©dia

mini_181014050836741031.jpg



La prĂ©occupation de trouver des moyens de communication efficaces pour transmettre les messages ne date pas d’aujourd’hui. Il y a plus d'un siècle fut mis en place Ă  Brazzaville un premier service de pigeons voyageurs. A l'heure d'internet et des moyens de communication modernes, cela paraĂ®t bien dĂ©suet. Mais les pigeons voyageurs Ă©taient des messagers efficaces qui furent notamment employĂ©s en Europe au cours des deux guerres mondiales.
Le commandant Raynaud effectue, en 1907, avec Gabriel de MostuĂ©jouls, dans les environs de Brazzaville, les premiers essais d'envoi postal par pigeon, sous l'Ă©gide de la SociĂ©tĂ© de gĂ©ographie. ​Le contexte local est alors le suivant : " La crĂ©ation des relations tĂ©lĂ©graphiques et postales est le premier souci de toute administration coloniale s'implantant dans un pays neuf, beaucoup plus Ă©tendu que la France et relativement peu peuplĂ©. La tĂ©lĂ©graphie ordinaire, très coĂ»teuse Ă  Ă©tablir, traverse de vastes espaces oĂą son entretien et sa protection sont extrĂŞmement difficiles Ă  assurer. Les indigènes malveillants ou ignorants l'interceptent souvent; parfois aussi les animaux, les Ă©lĂ©phants en particulier, s'attaquent Ă  une ligne et la dĂ©truisent mĂ©thodiquement en dĂ©racinant les poteaux sur de longs parcours. Dans ces conditions, le nombre de lignes tĂ©lĂ©graphiques est forcĂ©ment très limitĂ© en raison des frais anormaux qu'elles occasionnent et du personnel technique que nĂ©cessite leur entretien et leur service". Il s’agit ici de la totalitĂ© du Congo français d'alors et pas seulement du Congo Brazzaville d'aujourd'hui.

Ainsi, "A défaut de moyens de transmissions perfectionnés, il fut fait appel à un mode de correspondance, en apparence seulement, primitif et suranné: le pigeon voyageur". Celui-ci pouvait parcourir de longues distances. De 60 à 70 km en une heure et avec de l'entraînement, pour un bel athlète, de l'ordre de 1 000 km en une journée! Un exploit qui ne pouvait se renouveler chaque jour. Le trajet journalier "raisonnable" étant un parcours de 200 km effectué en 2h30. L'idée qui germa fut donc l'implantation de colombiers, espacés chacun de 200 km. Le message à transporter passait ainsi d'un pigeon à l'autre, et en dix heures, on pouvait espérer franchir 1 000 km !

"Tel fut le fonctionnement de cette poste aérienne dont l'emploi ne nécessita aucune connaissance technique compliquée et dont le service fut très largement assuré par un personnel restreint: deux colombophiles par colombier. Un pigeon portait aisément en papier pelure une longue lettre de six pages écrite sur le format écolier. Si le message était écrit en deux exemplaires portés par deux pigeons lâchés séparément, les chances de pertes étaient nulles. "

Le programme postal du commandant Raynaud permit la mise en place d'un premier colombier à Brazzaville, grâce aux subsides du ministère de la Guerre, de celui des Colonies et avec l'aide de la Société de géographie. "Les nouvelles récentes qui arrivèrent du Congo confirmèrent toutes les espérances et les expériences qui s'y poursuivirent sur l'emploi des pigeons-voyageurs donnèrent des résultats de plus en plus satisfaisants. L'administrateur de Mostuéjouls, quittant Brazzaville, emmena dix volatiles et après cinq jours de marche, du marché de M'Koï Euoka, à environ 100 km au nord de Brazzaville, on reçut de ses nouvelles, bien que les pigeons n'eussent jamais été entraînés dans cette direction. " [...] "Le commandant Raynaud estima organiser complètement ce service en juillet 1908."(Revue "A Travers le Monde" - n°1 du 4 janvier 1908

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Ils communiquent par pigeons voyageurs [1711 lectures] 
 
  11/09/2018 09:41 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg

mini_1809110950244828.jpg
Plus original qu’Internet ? Les pigeons voyageurs ! C’est le moyen adoptĂ© par 3 Ă©coles de Bretagne pour s’Ă©changer des messages. Mais avant de lâcher les oiseaux, il a fallu les dresser, comme l’expliquent Ă  1jour1actu les Ă©lèves de l’Ă©cole Saint-Joseph de Saint-Thuriau (Morbihan).

Ă€ l’Ă©cole Saint-Joseph de Saint-Thuriau dans le Morbihan, les Ă©lèves ont dressĂ© des pigeons voyageurs pour correspondre avec 2 autres Ă©coles de la rĂ©gion (© StĂ©phanie Biju).

En douceur, Nolann rentre dans le pigeonnier installé dans la cour de l'école Saint-Joseph de Saint-Thuriau, une petite ville du centre de la Bretagne. Par cette précaution, l'élève de CM2 espère inciter les locataires du pigeonnier à rester tranquilles. Patapouf, Piou-Piou, Blanco et les autres pigeons ne semblent pas perturbés par l'intrusion du jeune homme, qui s'est porté volontaire pour « venir les nourrir, leur donner à boire et nettoyer leur litière, pendant l'été« , précise Nolann.
Patapouf, Piou-Piou, Blanco et les 5 autres pigeons ont fait leur rentrĂ©e en septembre dernier Ă  l'Ă©cole Saint-Joseph de Saint-Thuriau. “Ils avaient trois semaines quand nous les avons accueillis, ils Ă©taient dĂ©jĂ  assez gros”, raconte Fanny, Ă©lève de CM2, alors emballĂ©e par le projet de son Ă©cole. “Échanger des messages avec deux autres Ă©coles, Sainte-MĂ©laine Ă  Plumelin et Sainte-Noyale Ă  Noyal-Pontivy, Ă  l'aide de pigeons voyageurs, dĂ©taille Fanny, c'est hyper original !”

Un GPS intĂ©grĂ©…

Avant de pouvoir correspondre, il a fallu dresser les oiseaux. Les Ă©coliers bretons ont Ă©tĂ© aidĂ©s par Yann, un colombophile. Autrement dit, un Ă©leveur de pigeons voyageurs. “Il nous a expliquĂ© que le pigeon revient toujours Ă  son nid, dont il connaĂ®t la position prĂ©cise, un peu comme s'il avait un GPS intĂ©grĂ© dans la tĂŞte”, nous apprend Valentin.

Chaque jour, les Ă©lèves de l'Ă©cole Saint-Joseph de Saint-Thuriau ont ainsi ouvert le pigeonnier, afin de permettre aux oiseaux de s'imprĂ©gner des “coordonnĂ©es” de leur lieu de vie. Au printemps, ils ont procĂ©dĂ© Ă  des premiers tests de lâchers dans la cour. “La toute première fois, les oiseaux se sont posĂ©s sur le toit de l'Ă©cole et ne voulaient pas revenir !”, se souvient, amusĂ©e, AlwĂ©na.

Le tout premier Ă©change entre les 3 Ă©coles a eu lieu au mois de mai. “Au moment du lâcher, nous n'avons pas fait de bruit pour ne pas effrayer les pigeons. Au bout de 20 minutes, ils Ă©taient revenus !”, racontent, avec enthousiasme, Valentin, Nolann, AlwĂ©na et Fanny. Les pigeons portaient sur leur dos un petit cartable confectionnĂ© par la maman d'AlwĂ©na. “Nous y avions glissĂ© une clĂ© USB avec des messages et des photos pour nos camarades des autres Ă©coles.”
Un livre en projet
Les Ă©changes vont se poursuivre dès cette rentrĂ©e scolaire, entre les trois Ă©coles bretonnes. “Nous allons rĂ©diger un livre en commun sur la Première Guerre mondiale. Ă€ l'aide des pigeons voyageurs, nous nous enverrons nos diffĂ©rents brouillons d'Ă©crits, Ă  lire et Ă  corriger”, rĂ©vèle Valentin. Pour lui, qui fera sa rentrĂ©e en CM2, l'aventure continue. Nolann, Fanny et AlwĂ©na intègrent, eux, la 6e, mais ils continueront Ă  prendre des nouvelles de leurs pigeons. Le projet a mĂŞme suscitĂ© une vraie passion pour Nolann. “J'ai commencĂ© Ă  construire un pigeonnier dans mon jardin”, avoue le jeune Breton.



1 commentaire 1 commentaire 
 
 
 
 
   
 
Le Tour de France de pigeons voyageurs comptera un départ à Limoges, l [1755 lectures] 
 
  10/06/2018 09:33 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg

mini_18061009392516944.jpg
Le 15 juin, à 9 heures, devant la mairie, des pigeons voyageurs prendront leur envol pour une étape du Tour de France de colombophilie, un sport très bien implanté en Limousin.



ĂŠtre Limougeaud, mĂŞme si en gĂ©nĂ©ral on l’ignore, implique d'avoir très souvent des pigeons voyageurs au-dessus de la tĂŞte. Parmi les colombophiles Ă  l’origine du phĂ©nomène, Nicolas Andrieux, heureux propriĂ©taire de 250 volatiles et reprĂ©sentant de l’entente colombophile du Limousin.


Tous les pigeons peuvent devenir un jour des voyageurs ? Tous les pigeons sont capables de revenir sur lieu de naissance. Mais ils ne le font pas Ă  la mĂŞme vitesse et n’ont pas les mĂŞmes capacitĂ©s physiques. Nos pigeons sont issus de sĂ©lections, ce ne sont pas des pigeons de ville. Ils sont taillĂ©s pour la course, prĂ©parĂ©s, nourris en consĂ©quence et s’empressent de rentrer chez eux dès le lâcher.

Mâles et femelles ont-ils les mĂŞmes capacitĂ©s ? Les mâles se dĂ©couragent plus vite. S’il fait très beau et que les conditions sont favorables, ils sont presque imbattables. Par contre, si la mĂ©tĂ©o est moins bonne et que la distance dĂ©passe les 600 km, les femelles vont ĂŞtre plus performantes.
D’oĂą leur vient ce redoutable sens de l’orientation ? Ils utilisent plusieurs sens. Leur vision est particulière : ils voient 5 couleurs (l’homme en voit 3), perçoivent le soleil Ă  travers les nuages et les champs magnĂ©tiques. Ils ont Ă©galement une ouĂŻe extrĂŞmement dĂ©veloppĂ©e (infra-sons), au point qu’il se peut qu’ils entendent l’ocĂ©an depuis Limoges.


"Il se peut que les pigeons limougeauds entendent l’ocĂ©an" depuis leur ville.

Enfin, ils ont des petites particules de magnĂ©tite, comme les aiguilles d’une boussole, dans certains neurones. C’est cela qui leur permet de suivre un cap.

Cela dit, on n’a pas toutes les explications, et ce n'est pas plus mal. Le jour oĂą on percera totalement leur mystère, le charme ne sera plus le mĂŞme.

On raconte que l‘armĂ©e continue d’en Ă©lever… C’est exact, il existe toujours un colombier militaire au Mont Valerien. Ça nous semble dingue mais si un jour il y a une attaque Ă©lectronique, les pigeons pourront continuer de transmettre les donnĂ©es. La Chine se remet Ă  en Ă©lever et ils ont Ă©tĂ© utilisĂ©s en Syrie, entre les quartiers...

Régulièrement, des pigeons sont lâchés de camions depuis le centre routier, vers 6 h 30 ou 7 heures.

Nicolas Andrieux

Limoges est-elle une place forte de la colombophilie ? Le club de Limoges est le plus gros des 12 clubs Limougeauds, avec ses soixante membres. D’ailleurs, rĂ©gulièrement, des dĂ©parts sont lâchĂ©s de camions depuis le centre routier vers 6 h 30 ou 7 heures. Il y en aura 18 cette annĂ©e entre mai et fin juillet, pour des milliers d’individus.

La base de Bourdelas, à Saint-Yrieix, est un point de départ très connu, en particulier auprès des Belges. Il y a quelques jours, 15.783 pigeons se sont élancés de là-bas, direction la Belgique. Ils sont passés au-dessus des Limougeauds à 7 h 30 et personne ne les a remarqués. 20.000 pigeons en décolleront de nouveau le 7 juillet, au petit matin.



ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Espace Membre :
 
 
Privé Se connecter


Se souvenir de moi ?


Mot de passe oublié

 
 
membres on-line :
 
 
En ce moment:
0 membre
16 visiteurs
1396 visites aujourd’hui

Record visites :
09/05/20 : 9541 visites
Record membres :
31/01/10 : 153 membres
Record simultané :
01/08/21 : 266 visiteurs
13/10/21 : 4 membres
 
 
membres on-line :
 
 
Aucun membre connecté

11 563 775 visiteurs
depuis le 27/08/2008
 
 
Liens Web :