ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
La commune de Limas sera ville-étape du 7e tour de France des pigeons [84 lectures] 
 
  21/04/2017 12:23 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
LE PROGRES
mini_170423040625712358.jpg
La Fédération colombophile Française organise, du 26 juin au 12 juillet 2017, son 7e tour de France des pigeons de course (pigeons voyageurs).
Cette manifestation nationale couvrira 17 villes-étapes à travers toute la France sur 15 jours, dont Limas, 7e étape, les 29-30 juin,.
Le principe est simple, une équipe de 5 pigeons appartenant au même colombophile sera lâchée par un autre colombophile et devra rallier son pigeonnier d'origine.
Le but de cette opération consiste d'abord et avant tout à mieux faire connaître le pigeon voyageur, ses capacités et la passion qui anime les quelque 11500 colombophiles en France avant d'y voir tout esprit de compétition indiquent les organisateurs dans un communiqué.

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Grippe aviaire : les concours de pigeons voyageurs autorisés [129 lectures] 
 
  01/04/2017 08:46 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
ARRETE au J.O.
mini_170401090036691299.jpg
A partir du 1er avril, les compétitions de pigeons voyageurs pourront reprendre dans les territoires où le niveau de risque de grippe aviaire est élevé.
Les colombophiles sont soulagés. La grippe aviaire ne menace pas les compétitions de pigeons voyageurs. A partir du 1er avril, les compétitions pourront reprendre dans les territoires où le niveau de risque est élevé. Jusqu’au 31 août les détenteurs de ces oiseaux devront déplacer les pigeons « dans des paniers de transport qui ont été nettoyés et désinfectés au préalable », indique un arrêté publié ce 30 mars au Journal Officiel. Ce texte modifie l’arrêté du 16 mars 2017.

Le Président de la Fédération française de colombophilie, Jean-Jacques Dupuis, s’est réjoui sur son site internet. « Le travail acharné de ces longues dernières semaines a enfin fini par payer et nos différents déplacements à Paris, nos différents entretiens avec les responsables de la DGAL (Direction générale de l’alimentation) et de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), nos arguments développés ont fini par convaincre », écrit-il.
485 élevages contaminés

Il faut dire que pour la Fédération – qui compte plus de 11 300 adhérents -, l’enjeu était important. Du 26 juin au 12 juillet prochains se joue le 7ème tour de France à tire d’ailes. Une compétition en 15 étapes et longue de plus de 1 400 km. Bien qu’ils s’envoleront de Salvagnac (Tarn), les pigeons ne devraient pas survoler la région du Sud-Ouest, un territoire durement touché par l’épizootie de grippe aviaire.

Au 29 mars, le ministère de l’Agriculture a recensé 485 foyers d’influenza aviaire dans des élevages et 55 dans la faune sauvage. Avec 286 cas de H5N8, les Landes sont le département est le plus ravagé.

Il y a quelques semaines, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, avait indiqué que les restrictions de mouvements des animaux et l’abattage préventif ont été efficaces pour éradiquer le virus. La propagation du virus était en net recul, à tel point que la reprise de la production a été possible dans 536 communes à condition que les volailles soient confinées pendant au moins 4 semaines. « Si la situation continue à évoluer favorablement, les palmipèdes pourraient être remis en place à partir de la fin mai comme l’avait envisagé le ministre en déplacement dans les Landes le 21 février dernier », a indiqué le ministère.
485 élevages contaminés

Il faut dire que pour la Fédération – qui compte plus de 11 300 adhérents -, l’enjeu était important. Du 26 juin au 12 juillet prochains se joue le 7ème tour de France à tire d’ailes. Une compétition en 15 étapes et longue de plus de 1 400 km. Bien qu’ils s’envoleront de Salvagnac (Tarn), les pigeons ne devraient pas survoler la région du Sud-Ouest, un territoire durement touché par l’épizootie de grippe aviaire.

Au 29 mars, le ministère de l’Agriculture a recensé 485 foyers d’influenza aviaire dans des élevages et 55 dans la faune sauvage. Avec 286 cas de H5N8, les Landes sont le département est le plus ravagé.

Il y a quelques semaines, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, avait indiqué que les restrictions de mouvements des animaux et l’abattage préventif ont été efficaces pour éradiquer le virus. La propagation du virus était en net recul, à tel point que la reprise de la production a été possible dans 536 communes à condition que les volailles soient confinées pendant au moins 4 semaines. « Si la situation continue à évoluer favorablement, les palmipèdes pourraient être remis en place à partir de la fin mai comme l’avait envisagé le ministre en déplacement dans les Landes le 21 février dernier », a indiqué le ministère.




ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Dimanche, à Brionne, salon international de la colombophilie [642 lectures] 
 
  26/01/2017 07:19 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_170126073441944180.jpg Brionne. Le Salon international de la colombophilie se tient ce dimanche à la salle des fêtes. On y attend 1 000 visiteurs qui pourront découvrir les coulisses d’une passion qui a traversé les âges. Dimanche prochain se tiendra la 23e édition du Salon de la colombophilie, à la salle des fêtes de Brionne. Une manifestation traditionnelle où tous les amateurs passionnés de ce sport ancestral pourront trouver tout ce dont ils ont besoin pour pratiquer l’élevage de ces volatiles d’exception capables de retrouver leur chemin à plusieurs centaines de kilomètres de leur pigeonnier. « L’élevage de pigeons voyageurs est une véritable passion. On dit souvent que c’est un peu comme l’élevage des chevaux de course mais en moins coûteux et donc plus abordable pour les gens peu fortunés. Les concours de vol de pigeons ont lieu au printemps et en début d’été », explique Serge Couturier, le président de La colombe brionnaise, association locale organisatrice du salon. La saison d’hiver est consacrée à la sélection et à la reproduction des meilleurs pigeons de compétition. Près de 600 seront exposés durant ce week-end par une vingtaine d’éleveurs venus de toutes les régions de France, et notamment des Hauts-de-France, et de la région Centre Val-de-Loire. Plusieurs concours départageront les plus beaux pigeons suivant les catégories standards, alaires (envergure des ailes et capacité du pigeon à prendre le vent) et beauté. Plus de 1 000 € de prix seront mis en jeu pour les trois premiers de chaque catégorie. » La Ville apporte son soutien à l’événement qui attire environ 1 000 visiteurs à chaque salon. Il y aura des ventes de pigeons organisées durant la journée. Des aliments spécialisés et du matériel adéquat seront proposés à la vente, ainsi que des produits régionaux et artisanaux. « Toutes les personnes intéressées peuvent venir découvrir l’univers de la colombophilie durant cette journée », insiste le président de La Colombe Brionnaise. Infos pratiques Salon International Colombophile, à la salle des fêtes de Brionne, dimanche 29 janvier, de 10 h à 17 h 30. Restauration avec réservation prévue sur place. Entrée gratuite. Renseignements au 06 81 93 34 57. Colombophile de père en fils Serge Couturier est un ancien athlète de haut niveau (marche athlétique). Il n’y a donc rien d’étonnant qu’il entraîne sa centaine de pigeons comme de futurs champions. « Déjà, mon grand-père qui était berger, avait récupéré un pigeon parachuté pendant la guerre. Il l’avait alors libéré de sa boîte en glissant un message destiné à l’Angleterre. Ceci lui avait valu de recevoir un diplôme après la Libération. Mon père aussi était colombophile et j’ai tout naturellement pris le relais après lui », indique le retraité qui participe chaque année à une vingtaine de concours. Tous les jours, le passionné soigne les pensionnaires de son pigeonnier qui se situe derrière sa maison « en ajoutant des vitamines à leur ration ». Avant les compétitions, Serge prépare ses volatiles préférés aux petits oignons pour les épreuves de l’année. Au programme : entraînement à la vitesse, course de demi-fond et course de fond. « Mes succès m’ont, entre autres, valu de recevoir une médaille de bronze et une autre d’argent. » Autre préoccupation de cet éleveur : la sélection de ses bêtes de courses pour l’accouplement afin de conserver les meilleures souches. Il reste de tout cela que la plus grande fierté de Serge a été d’être élevé au rang de chevalier de l’Ordre du mérite agricole.

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Le plus grand pigeonnier de France à Thionville [477 lectures] 
 
  19/01/2017 15:06 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
REPUBLICAIN LORRAIN
mini_170119032251380625.jpg
Comme il y a huit ans, Thionville accueille le congrès national des colombophiles du 20 au 22 janvier. Plusieurs centaines de spécimens seront exposés salle Jean-Burger pour un spectacle de haute volée.
Thionville s’apprête à accueillir pour la deuxième fois le Congrès national des colombophiles. Près de trois cents éleveurs de tout l’Hexagone sont attendus à partir de demain et jusqu’au dimanche 22 janvier.

Depuis près de quinze mois, Christian Sgombri œuvre pour que ces trois jours soient une totale réussite. « Heureusement, je peux compter sur une équipe de 52 volontaires pour m’épauler », se félicite celui qui occupe également la présidence de la fédération régionale Lorraine Champagne-Ardenne et la vice-présidence de la Fédération colombophile française.

« On attend entre 2 000 et 3 000 personnes sur ces trois jours et il faut bien loger et nourrir les 300 délégués venus de tout le pays, mais aussi nos invités issus des fédérations anglaise, allemande, hollandaise, belge, suisse et hongroise », détaille ce passionné hayangeois. « Tout l’intérêt du colombophile est d’obtenir le pigeon voyageur le plus endurant et le plus rapide. Ce sont de vrais athlètes, des boules de muscles », s’enflamme-t-il.

Un air de Formule 1

Le public pourra mieux l’apprécier ce week-end, en découvrant les pigeons exposés salle Jean-Burger. « La plupart participeront au Championnat de France. Cela signifie qu’ils ont déjà montré leurs capacités sur des épreuves de près de mille cinq cents kilomètres. Ça mérite bien le vase de Sèvres offert chaque année par le président de la République ! »

Une autre partie de l’exposition sera dédiée au championnat alaire. Là, il s’agit pour les jurés de noter l’aptitude au vol de tel ou tel oiseau présenté. Cela revient à présélectionner ceux qui seront les champions de demain. L’objectif est de trouver la meilleure aptitude au vol de ce pigeon de compétition, véritable Formule 1 des oiseaux volants, puisque la vitesse moyenne de vol du pigeon voyageur est de 70 km/h, pouvant parfois aller jusqu’à plus de 100 km/h.

Sur place également, se trouveront de nombreux stands commerciaux de matériel de colombophilie. Des pigeons d’éleveurs renommés seront aussi en vente. Le musée colombophile militaire est attendu ainsi que des stands d’artisans et de produits du terroir.

La manifestation des colombophiles ne sera pas perturbée par les mesures de confinement liées à la grippe aviaire. Ces oiseaux ne sont pas classés comme des volailles. Ils ne sont donc pas concernés par les mesures induites par cette épidémie.

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Grosse émotion ce soir à Nouvion pour la remise d'un - très - gros chè [427 lectures] 
 
  23/12/2016 23:25 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_161223113923652296.jpg La remise du – très – gros chèque pour l’association “Un sourire pour Laura” L'association "Un sourire pour Laura" se voit remettre un très gros chèque grâce à la mobilisation de la communauté colombophile européenne. Ce vendredi 23 décembre 2016 au soir, la médiathèque était le siège d’une sympathique réunion organisée par l’équipe de bénévoles, présidée par Jean-Louis Chivot, de l’association “Un sourire pour Laura”. Ce rassemblement créé en juin dernier a pour vocation de venir en aide à une petite nouvionnaise d’une dizaine d’années, atteinte de tumeurs cérébrales. “Un sourire pour Laura” se mobilise pour soutenir la petite fille et sa famille, et collecter des fonds afin de réaliser ses rêves. Dans une vidéo aujourd’hui vue plus de 300 000 fois aux quatre coins du monde, Laura confiait dans une petite mise en scène où des cartons se succèdent sur lesquelles, la petite fille explique son quotidien et ses rêves. Mobilisation de la communauté européenne de colombophilie L’émulation que l’association a réussi à susciter en quelques mois va bien au-delà des espoirs des bénévoles, et la réunion de ce soir en était une illustration aussi généreuse qu’émouvante. En effet, deux colombophiles du Pas-de-Calais, Didier Hoflack et Claude Ledoux et son épouse Dalhila, ont proposé leur aide au travers la communauté colombophile française et plus largement européenne. Ces derniers appellent aux dons pour une vente aux enchères dont le produit serait reversé au profit de l’association… Bonne idée. Et qui dépassera de loin l’espérance des organisateurs puisque, avec l’aide de la notoriété de Didier Hoflack, champion de France de colombophilie 2012, 2015 et 2016, et de Claude Ledoux, premier international 2015, le nombre de dons pour cette vente aux enchères passera d’une quarantaine espérée à cent soizante-et-onze! C’est alors toute la communauté colombophile européenne se mobilise au grand large pour doter la vente aux enchères de pigeons, d’oeufs, d’accessoires… On donne – et on achètera – depuis la France bien sûr, mais aussi la Hollande, la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou encore la Suisse et la Belgique. Durant ces quinze premiers jours de décembre, les ventes sont lancées sur le site de référence francolomb.com “ La magie de Noël a encore opéré ” A l’issue des ventes, les colombophiles ont rassemblé la somme de 20 975 euros. Un véritable carton, et un don dévoilé et remis ce soir même à la médiathèque nouvionnaise, en présence de la petite Laura, ses parents, les bénévoles de l’association et les colombophiles dont Alain Kumm, président national de contrôle en colombophilie. Un véritable émoi a parcouru l’assistance à la sortie du gros chèque – au sens propre comme au figuré – remis à l’association. Jean-Louis Chivot avec quelques trémolos dans la voix et les larmes aux yeux, entreprit pour sa part un vibrant discours de remerciements. La petite Laura qui devra subir tout prochainement une opération crânienne en vue de soin de chimiothérapie, et dont l’anonymat est précieusement préservé, pourra concrétiser son “grand” rêve dès que possible : visiter New-York. “Nous sommes fiers, nous, colombophiles de remettre pour Laura ce chèque pour que Laura puisse réaliser en famille ses rêves qui vont devenir réalité. la magie de Noël a encore opéré” concluait, elle aussi très émue, Dalilha Ledoux. L’association “Un sourire pour Laura” a déjà reçu le soutien de nombreuses opérations à commencer par un défilé de mode sur Abbeville impulsé par le coiffeur David S, de nombreux commerçants du Ponthieu-Marquenterre et de l’Abbevillois qui disposent de tirelires au profit de l’association, le compétiteurs de quad nouvionnais Laurent Delcourt qui court aux couleurs de l’association, ou encore un concert du Big Band de l’Abbevillois, et même la quête d’un mariage célébré cet été ou encore une vente de crêpes au lycée agricole abbevillois Jean-Louis Chivot annonçait d’ores et déjà quelques dates de manifestations pour 2017, telles qu’un concert country le 4 mars à Abbeville, un trail en forêt de Crécy le 12 mars, un loto à Vron le 2 avril…

1 commentaire 1 commentaire 
 
 
 
 
   
 
Appel à mobilisation : répondez à la consultation publique pour dire n [263 lectures] 
 
  23/12/2016 07:39 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_161223075308889561.jpg Avant le 18 janvier 2017, réagissez contre le projet d’arrêté visant à classer le Pigeon ramier comme espèce nuisible en Ardèche. Le Préfet de l'Ardèche a annoncé le 12 octobre 2016 en commission départementale de la chasse et de la faune sauvage, sa volonté de classer le Pigeon ramier comme espèce nuisible en 2017 dans son département. Cela sans justification précise d'éventuels dégâts. Le 21 novembre dernier, la LPO avec l’ASPAS, FNE et la FRAPNA ont alors écrit au Préfet de l'Ardèche pour lui demander de justifier cette proposition d’arrêté et dénoncer ce projet sans démonstration de dommages agricoles importants. Nous sommes ainsi en droit de nous demander dans quelle mesure cela n’est pas orchestré dans le but de ré-ouvrir des chasses de printemps illégales et que l'on croyait révolues. Nous n’avons reçu aucune réponse à ce jour. Dans le même sens, le député Pascal Terrasse a écrit le 16 novembre que « le fait que plusieurs départements limitrophes autorisent la chasse de cette espèce pose problème pour les chasseurs ardéchois ». Lui non plus ne parle pas de dégâts aux cultures mais seulement de chasse ! Ce qui permet de prouver qu’il s’agit là de trouver un prétexte « fumeux » au nom de dégâts inexistants sinon mineurs pour prolonger la chasse, après la clôture et au printemps, des Pigeons ramiers. Ainsi en témoigne l’enquête « désespérée » en cours de la Fédération de chasse de l'Ardèche concernant les cas de dégâts aux cultures afin d’aider à postériori le préfet « afin de pouvoir argumenter et justifier cette demande de classement du pigeon ramier nuisible ». Voir leur site : http://www.chasseardeche.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=491:déclaration-des-dégâts-causés-par-les-pigeons-ramiers&Itemid=451 La LPO dénonce l'inscription du Pigeon ramier comme nuisible à la seule fin de chasser des oiseaux migrateurs en route pour leur lieu de nidification et donc en complète contradiction avec la Directive Oiseaux qui interdit les chasses de printemps. La LPO restera vigilante quant aux suites données à ce projet d’arrêté à l’issue de la consultation. La LPO et notamment sa délégation régionale rhône-alpine jugent cette proposition d’arrêté non fondée du fait qu’elle ne réponde à aucune demande du monde agricole et vous invite donc très vivement à répondre, vous et vos proches, très largement à la consultation avant le 18 janvier 2017 par voie électronique à l’adresse email anti-spam ou par voie postale à la Direction Départementale des Territoires - Bureau des Procédures - BP 613 - 07006 Privas Cedex pour exprimer votre désaccord sur ce projet. Vous pouvez utiliser tout ou partie des arguments suivants, mais surtout merci de personnaliser votre argumentaire sans faire de copier-coller car vos observations ne seront alors pas prises en compte Lien pour la consultation publique, la note du préfet et le projet d’arrêté. Plus d’informations Consultez notre article précédent : Appel à mobilisation en faveur du Pigeon ramier DétailsPublication : 22 décembre 2016

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Grippe aviaire: les pigeons voyageurs peuvent toujours voler [601 lectures] 
 
  03/12/2016 22:26 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
LA VOIX DU NORD mini_161203103611776199.jpg Alors que la crainte de pandémie de grippe aviaire grandit dans la région, depuis qu’un cas a été recensé à Marck-en-Calaisis, une race d’oiseaux défie les inquiétudes. Les pigeons voyageurs ont toujours le droit de voler malgré les restrictions draconiennes. Tous les animaux à plumes ne sont pas égaux face au risque de grippe aviaire. Le virus H5N8, transmissible à l’homme au contact d’oiseaux essentiellement, fait trembler 90 communes de la région, visées par les préfectures du Nord et du Pas-de-Calais comme étant « à haut risque », tandis que le virus se propage dans de nombreux pays comme l’Allemagne et les Pays-Bas, mais aussi chez nous, à Marck-en-Calaisis, où un cas a été recensé le 26 novembre. Lire aussi «Ce virus n’a ni la clé ni l’empreinte pour rentrer dans la serrure humaine» Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), le risque de propagation du virus entre les oiseaux migrateurs et les oiseaux d’élevage est très élevé, si bien qu’il a été demandé à de nombreux éleveurs d’oiseaux de confiner leurs volatiles pour leur éviter un contact lors du passage des oiseaux migrateurs… Et pourtant, les pigeons voyageurs, eux, peuvent continuer à voler. Race à part, le Columba livia – c’est son nom –, ne risquerait pas d’être contaminé . « C’est une espèce très résistante par nature, explique José de Sousa, chargé du dossier grippe aviaire à la Fédération de colombophilie française, et également président du club de Wervicq-Sud. Par dérogation ministérielle, nous pouvons faire des rassemblements, des événements, et laisser voler les pigeons. » Le pigeon : un oiseau pas une volaille Et que justifie un tel traitement de faveur ? « Les pigeons voyageurs de course ne font pas partie de la basse-cour, le risque qu’ils entrent en contact avec d’autres oiseaux migrateurs est très faible », ajoute-t-il. « Depuis 2015, les pigeons voyageurs sont classés comme oiseaux par la loi, et non plus comme volailles, précise Dominique Cufay, de L’Étoile colombophile tourquennoise et neuvilloise. C’est pour ça que nous avons le droit de les faire voler où nous voulons, sauf dans les zones à risques. Mais en cas de pandémie, les choses seront probablement différentes, même si nous n’en sommes pas encore là. » Et les autres pigeons ? « Ils n’ont rien à voir avec les pigeons de compétition, ce sont des oiseaux sauvages, comme les merles, insiste José de Sousa. Ils sont tout de même résistants, mais pas autant que les voyageurs ». Tant qu’ils sont résistants…

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Les pigeons différencient les mots du charabia [427 lectures] 
 
  28/09/2016 08:29 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
Sciences et Avenir
mini_160928083828238036.jpg
Des chercheurs ont démontré que les pigeons possèdent des compétences non négligeables en orthographe.
MOTS. Selon les chercheurs, l'apprentissage de la lecture s'appuie sur deux compétences : connaître la relation entre une lettre et un son et savoir distinguer des mots. Une récente théorie veut que les compétences orthographiques découlant de la maîtrise de cette dernière capacité soient dues à un "recyclage" de certaines capacités visuelles, ces dernières servant initialement à distinguer des éléments (objets ou formes) présents dans notre environnement. D'après une étude parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, ce "recyclage" ne se serait pas produit seulement chez les primates mais également chez d'autres vertébrés tels que les pigeons. Pour démontrer cela, les chercheurs ont entraîné 18 de ces animaux à différencier des mots de quatre lettres de mots inventés (ou non-mot selon l'étude). A la fin de la phase d'exercice, les chercheurs ont ajouté des termes inédits dans la base de données.

Résultat : il semblerait que les pigeons aient "compris" les bases de l'orthographe. Ils ont su distinguer les nouveaux mots du charabia. Les scientifiques ont également remarqué que ces animaux étaient sensibles à la structure des termes et plus précisément aux bigrammes c'est-à-dire à deux lettres souvent associées. Par exemple, les bigrammes "TH" et "AL" sont souvent présents dans la langue anglaise. Forts de cette connaissance, les pigeons ont admis qu'un mot comprenant ces paires de lettres était plus susceptible d'exister. Mais ces animaux ont appris des mots, auraient-ils donc pu apprendre les non-mots par coeur ? Impossible révèlent les chercheurs, la base de données comprenant 7.832 termes inventés, les pigeons, bien qu'ayant des capacités de mémorisation incroyables, ne peuvent pas se souvenir de tous. Malgré une architecture du cerveau et un système visuel très différents de celui des humains, cette étude révèle que le processus orthographique n'est pas l'apanage des primates.

Dans la vidéo suivante tirée de l'étude, le pigeon doit toucher l'étoile du bec quand le mot est inventé et toucher l'écriture quand il existe :
MOTS. Selon les chercheurs, l'apprentissage de la lecture s'appuie sur deux compétences : connaître la relation entre une lettre et un son et savoir distinguer des mots. Une récente théorie veut que les compétences orthographiques découlant de la maîtrise de cette dernière capacité soient dues à un "recyclage" de certaines capacités visuelles, ces dernières servant initialement à distinguer des éléments (objets ou formes) présents dans notre environnement. D'après une étude parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, ce "recyclage" ne se serait pas produit seulement chez les primates mais également chez d'autres vertébrés tels que les pigeons. Pour démontrer cela, les chercheurs ont entraîné 18 de ces animaux à différencier des mots de quatre lettres de mots inventés (ou non-mot selon l'étude). A la fin de la phase d'exercice, les chercheurs ont ajouté des termes inédits dans la base de données.

Résultat : il semblerait que les pigeons aient "compris" les bases de l'orthographe. Ils ont su distinguer les nouveaux mots du charabia. Les scientifiques ont également remarqué que ces animaux étaient sensibles à la structure des termes et plus précisément aux bigrammes c'est-à-dire à deux lettres souvent associées. Par exemple, les bigrammes "TH" et "AL" sont souvent présents dans la langue anglaise. Forts de cette connaissance, les pigeons ont admis qu'un mot comprenant ces paires de lettres était plus susceptible d'exister. Mais ces animaux ont appris des mots, auraient-ils donc pu apprendre les non-mots par coeur ? Impossible révèlent les chercheurs, la base de données comprenant 7.832 termes inventés, les pigeons, bien qu'ayant des capacités de mémorisation incroyables, ne peuvent pas se souvenir de tous. Malgré une architecture du cerveau et un système visuel très différents de celui des humains, cette étude révèle que le processus orthographique n'est pas l'apanage des primates.

Dans la vidéo suivante tirée de l'étude, le pigeon doit toucher l'étoile du bec quand le mot est inventé et toucher l'écriture quand il existe :
[urlMOTS. Selon les chercheurs, l'apprentissage de la lecture s'appuie sur deux compétences : connaître la relation entre une lettre et un son et savoir distinguer des mots. Une récente théorie veut que les compétences orthographiques découlant de la maîtrise de cette dernière capacité soient dues à un "recyclage" de certaines capacités visuelles, ces dernières servant initialement à distinguer des éléments (objets ou formes) présents dans notre environnement. D'après une étude parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, ce "recyclage" ne se serait pas produit seulement chez les primates mais également chez d'autres vertébrés tels que les pigeons. Pour démontrer cela, les chercheurs ont entraîné 18 de ces animaux à différencier des mots de quatre lettres de mots inventés (ou non-mot selon l'étude). A la fin de la phase d'exercice, les chercheurs ont ajouté des termes inédits dans la base de données.

Résultat : il semblerait que les pigeons aient "compris" les bases de l'orthographe. Ils ont su distinguer les nouveaux mots du charabia. Les scientifiques ont également remarqué que ces animaux étaient sensibles à la structure des termes et plus précisément aux bigrammes c'est-à-dire à deux lettres souvent associées. Par exemple, les bigrammes "TH" et "AL" sont souvent présents dans la langue anglaise. Forts de cette connaissance, les pigeons ont admis qu'un mot comprenant ces paires de lettres était plus susceptible d'exister. Mais ces animaux ont appris des mots, auraient-ils donc pu apprendre les non-mots par coeur ? Impossible révèlent les chercheurs, la base de données comprenant 7.832 termes inventés, les pigeons, bien qu'ayant des capacités de mémorisation incroyables, ne peuvent pas se souvenir de tous. Malgré une architecture du cerveau et un système visuel très différents de celui des humains, cette étude révèle que le processus orthographique n'est pas l'apanage des primates.

Dans la vidéo suivante tirée de l'étude, le pigeon doit toucher l'étoile du bec quand le mot est inventé et toucher l'écriture quand il existe :
MOTS. Selon les chercheurs, l'apprentissage de la lecture s'appuie sur deux compétences : connaître la relation entre une lettre et un son et savoir distinguer des mots. Une récente théorie veut que les compétences orthographiques découlant de la maîtrise de cette dernière capacité soient dues à un "recyclage" de certaines capacités visuelles, ces dernières servant initialement à distinguer des éléments (objets ou formes) présents dans notre environnement. D'après une étude parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, ce "recyclage" ne se serait pas produit seulement chez les primates mais également chez d'autres vertébrés tels que les pigeons. Pour démontrer cela, les chercheurs ont entraîné 18 de ces animaux à différencier des mots de quatre lettres de mots inventés (ou non-mot selon l'étude). A la fin de la phase d'exercice, les chercheurs ont ajouté des termes inédits dans la base de données.

Résultat : il semblerait que les pigeons aient "compris" les bases de l'orthographe. Ils ont su distinguer les nouveaux mots du charabia. Les scientifiques ont également remarqué que ces animaux étaient sensibles à la structure des termes et plus précisément aux bigrammes c'est-à-dire à deux lettres souvent associées. Par exemple, les bigrammes "TH" et "AL" sont souvent présents dans la langue anglaise. Forts de cette connaissance, les pigeons ont admis qu'un mot comprenant ces paires de lettres était plus susceptible d'exister. Mais ces animaux ont appris des mots, auraient-ils donc pu apprendre les non-mots par coeur ? Impossible révèlent les chercheurs, la base de données comprenant 7.832 termes inventés, les pigeons, bien qu'ayant des capacités de mémorisation incroyables, ne peuvent pas se souvenir de tous. Malgré une architecture du cerveau et un système visuel très différents de celui des humains, cette étude révèle que le processus orthographique n'est pas l'apanage des primates.

Dans la vidéo suivante tirée de l'étude, le pigeon doit toucher l'étoile du bec quand le mot est inventé et toucher l'écriture quand il existe :
[url][MOTS. Selon les chercheurs, l'apprentissage de la lecture s'appuie sur deux compétences : connaître la relation entre une lettre et un son et savoir distinguer des mots. Une récente théorie veut que les compétences orthographiques découlant de la maîtrise de cette dernière capacité soient dues à un "recyclage" de certaines capacités visuelles, ces dernières servant initialement à distinguer des éléments (objets ou formes) présents dans notre environnement. D'après une étude parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, ce "recyclage" ne se serait pas produit seulement chez les primates mais également chez d'autres vertébrés tels que les pigeons. Pour démontrer cela, les chercheurs ont entraîné 18 de ces animaux à différencier des mots de quatre lettres de mots inventés (ou non-mot selon l'étude). A la fin de la phase d'exercice, les chercheurs ont ajouté des termes inédits dans la base de données.

Résultat : il semblerait que les pigeons aient "compris" les bases de l'orthographe. Ils ont su distinguer les nouveaux mots du charabia. Les scientifiques ont également remarqué que ces animaux étaient sensibles à la structure des termes et plus précisément aux bigrammes c'est-à-dire à deux lettres souvent associées. Par exemple, les bigrammes "TH" et "AL" sont souvent présents dans la langue anglaise. Forts de cette connaissance, les pigeons ont admis qu'un mot comprenant ces paires de lettres était plus susceptible d'exister. Mais ces animaux ont appris des mots, auraient-ils donc pu apprendre les non-mots par coeur ? Impossible révèlent les chercheurs, la base de données comprenant 7.832 termes inventés, les pigeons, bien qu'ayant des capacités de mémorisation incroyables, ne peuvent pas se souvenir de tous. Malgré une architecture du cerveau et un système visuel très différents de celui des humains, cette étude révèle que le processus orthographique n'est pas l'apanage des primates.

Dans la vidéo suivante tirée de l'étude, le pigeon doit toucher l'étoile du bec quand le mot est inventé et toucher l'écriture quand il existe :
MOTS. Selon les chercheurs, l'apprentissage de la lecture s'appuie sur deux compétences : connaître la relation entre une lettre et un son et savoir distinguer des mots. Une récente théorie veut que les compétences orthographiques découlant de la maîtrise de cette dernière capacité soient dues à un "recyclage" de certaines capacités visuelles, ces dernières servant initialement à distinguer des éléments (objets ou formes) présents dans notre environnement. D'après une étude parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, ce "recyclage" ne se serait pas produit seulement chez les primates mais également chez d'autres vertébrés tels que les pigeons. Pour démontrer cela, les chercheurs ont entraîné 18 de ces animaux à différencier des mots de quatre lettres de mots inventés (ou non-mot selon l'étude). A la fin de la phase d'exercice, les chercheurs ont ajouté des termes inédits dans la base de données.

Résultat : il semblerait que les pigeons aient "compris" les bases de l'orthographe. Ils ont su distinguer les nouveaux mots du charabia. Les scientifiques ont également remarqué que ces animaux étaient sensibles à la structure des termes et plus précisément aux bigrammes c'est-à-dire à deux lettres souvent associées. Par exemple, les bigrammes "TH" et "AL" sont souvent présents dans la langue anglaise. Forts de cette connaissance, les pigeons ont admis qu'un mot comprenant ces paires de lettres était plus susceptible d'exister. Mais ces animaux ont appris des mots, auraient-ils donc pu apprendre les non-mots par coeur ? Impossible révèlent les chercheurs, la base de données comprenant 7.832 termes inventés, les pigeons, bien qu'ayant des capacités de mémorisation incroyables, ne peuvent pas se souvenir de tous. Malgré une architecture du cerveau et un système visuel très différents de celui des humains, cette étude révèle que le processus orthographique n'est pas l'apanage des primates.

Dans la vidéo suivante tirée de l'étude, le pigeon doit toucher l'étoile du bec quand le mot est inventé et toucher l'écriture quand il existe :
[url]MOTS. Selon les chercheurs, l'apprentissage de la lecture s'appuie sur deux compétences : connaître la relation entre une lettre et un son et savoir distinguer des mots. Une récente théorie veut que les compétences orthographiques découlant de la maîtrise de cette dernière capacité soient dues à un "recyclage" de certaines capacités visuelles, ces dernières servant initialement à distinguer des éléments (objets ou formes) présents dans notre environnement. D'après une étude parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, ce "recyclage" ne se serait pas produit seulement chez les primates mais également chez d'autres vertébrés tels que les pigeons. Pour démontrer cela, les chercheurs ont entraîné 18 de ces animaux à différencier des mots de quatre lettres de mots inventés (ou non-mot selon l'étude). A la fin de la phase d'exercice, les chercheurs ont ajouté des termes inédits dans la base de données.

Résultat : il semblerait que les pigeons aient "compris" les bases de l'orthographe. Ils ont su distinguer les nouveaux mots du charabia. Les scientifiques ont également remarqué que ces animaux étaient sensibles à la structure des termes et plus précisément aux bigrammes c'est-à-dire à deux lettres souvent associées. Par exemple, les bigrammes "TH" et "AL" sont souvent présents dans la langue anglaise. Forts de cette connaissance, les pigeons ont admis qu'un mot comprenant ces paires de lettres était plus susceptible d'exister. Mais ces animaux ont appris des mots, auraient-ils donc pu apprendre les non-mots par coeur ? Impossible révèlent les chercheurs, la base de données comprenant 7.832 termes inventés, les pigeons, bien qu'ayant des capacités de mémorisation incroyables, ne peuvent pas se souvenir de tous. Malgré une architecture du cerveau et un système visuel très différents de celui des humains, cette étude révèle que le processus orthographique n'est pas l'apanage des primates.


ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Des pigeons voyageurs spécialisés en médecine générale [574 lectures] 
 
  18/09/2016 14:09 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
QS Le Quotidien Sante
mini_160918095441675037.jpg
(Perso j' ignorais .....)
Le Dr Ch. Lang, de Meridrax (Etat de New-York), appelle l’attention du monde médical, surtout à la campagne, sur un système de correspondance à la fois peu coûteux, efficace, rapide et musant, c’est-à-dire l’emploi des pigeons voyageurs.

« Depuis dix ans, j’en ai élevé et je les ai employés dans ma clientèle. Lorsque l’état d’un malade est inquiétant, surtout s’il habite à une certaine distance d’un bureau télégraphique, je laisse deux ou trois pigeons aux soins de la garde-malade ou de la famille, avec des instructions pour les lâcher à des intervalles convenus. Ils sont porteurs d’un papier où l’on inscrit l’état du pouls, de la température, de la respiration, toute autre indication utile, avec celle du moment où ces observations ont été faites. Le tout est enfermé dans une capsule en aluminium disposée de façon à pouvoir être fixée sur la patte de l’oiseau (invention récente). Le pigeon part avec une vitesse de 30 à 60 milles à l’heure et vient droit à son colombier. En y entrant, il est obligé de passer par une ouverture en treillage qui se referme après lui et qui donne accès dans un compartiment de deux pieds carrés où il reste prisonnier jusqu’à ce que je l’ai débarrassé de son message. Alors, je le lâche avec les autres pigeons voyageurs et le laisse goûter aux joies de la famille jusqu’à ce que j’ai de nouveau besoin de ses services. Ceux qui sont obligés d’un bout à l’autre de l’année de parcourir les routes solitaires de la campagne apprécieront tous les moyens qui leur épargneront les voyages inutiles. »

(« Medical Record » repris dans « La Chronique médicale », 1897)

Déjà « La Gazette hebdomadaire de médecine de Bordeaux » a fait connaître une application à la médecine rurale des pigeons voyageurs due à un médecin écossais. Ce médecin utilisait surtout les pigeons qu’il emportait avec lui pour adresser au pharmacien de sa circonscription médicale ses ordonnances.

Les médicaments, immédiatement préparés, étaient aussitôt expédiés par exprès au malade et l’on arrivait ainsi à gagner du temps dans l’exécution du traitement en cas d’urgence.

On nous cite un usage de certaines régions de la Gironde qui a son utilité pratique pour la médecine rurale dans un pays plat et découvert. Les fermes isolées qui réclament la visite du médecin hissent à un mât spécial un drapeau que le médecin, au cours de ses visites, peut apercevoir.

L’homme de l’art se détourne de son chemin pour répondre à cet appel et l’on évite aux malades l’envoi d’un exprès qui aurait des chances d’arriver après le départ du médecin. La visite demandée a souvent bien des chances d’être remise au lendemain quand l’itinéraire de la journée est fixé.

(« Gazette hedomadaire de médecine de Bordeaux » repris dans « La Chronique médicale », 1897)

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Effet insolite de la canicule : pas de compétition de pigeons [562 lectures] 
 
  25/08/2016 10:18 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_160825103110172879.jpg

La fédération royale de colombophilie belge a décidé de ne pas organiser de concours de pigeons ces prochains jours, en raison de la vague de chaleur qui touche la Belgique, a-t-elle annoncé mercredi dans un communiqué.

Tous les concours prévus les 27 et 28 août ont été annulés. Le concours national La Souterraine, initialement prévu samedi, est reporté au 3 septembre.

Le ministre flamand du Bien-être animal, Ben Weyts, avait préconisé plus tôt mercredi de ne pas organiser de compétitions impliquant des animaux au cours des prochains jours en raison des fortes chaleurs.

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Espace Membre :
 
 
Privé Masquer le formulaire de connexion
 
 
membres on-line :
 
 
En ce moment:
0 membre
30 visiteurs
568 visites aujourd’hui

Record visites :
22/07/12 : 4199 visites
Record membres :
03/01/10 : 153 membres
Record simultané :
22/07/12 : 308 visiteurs
03/01/10 : 30 membres

Aucun membre connecté

4 497 861 visiteurs
depuis le 27/08/2008
 
 
Nuage de mots
 
 
This will be shown to users with no Flash or Javascript.
 
 
Liens Web :