ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
La Salvetat-Saint-Gilles.Dernière étape du Tour de France colombophile [358 lectures] 
 
  02/08/2019 12:16 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
LA DEPECHE
mini_190802121333721861.jpg
Chaque année la fédération colombophile française organise le Tour de France colombophile. Pour cette 9e édition, des équipes de cinq pigeons se relayent pour voler sur 1 433 km et 17 étapes au travers de la France. Les colombophiles salvetains et gersois se sont qualifiés sur deux étapes de Nègrepelisse à La Salvetat et, la finale du tour, de La Salvetat-Saint-Gilles à Maubourguet.

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Berck: Au cœur du plus grand musée mondial du pigeon [693 lectures] 
 
  28/05/2019 22:03 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
Le journal de Montreuil
mini_190528095642949759.jpg
Berck
La seconde étape du tour de France colombophile sera lancée ce mardi 4 juin de l’incroyable musée du pigeon tenu par Catherine Fruitier et Gérard Tillier. Un lieu unique, au c½ur de la rue des Grognards
Personne ne pourrait soupçonner que c’est ici, au 15 rue des Grognards à Berck-sur-Mer, que se cache le plus grand musée au monde dédié au pigeon. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il faut l’avoir vu pour le croire. Mais pour se lancer dans une telle aventure et défi, il faut avant tout être passionné. Depuis leur plus jeune âge, Catherine Fruitier (son mari Gérard, aujourd’hui décédé, a été durant des années président de l’association colombophile les Voltigeurs) et son compagnon Gérard Tillier vivent dans le milieu de la colombophilie. « C’est un peu comme une thérapie. Un pigeon ne parle pas mais il sait vous faire comprendre s’il est bien », dit Catherine. Pour Gérard, « s’occuper des pigeons c’est toute ma vie. Je ne pourrais pas vivre sans eux. On s’en occupe 365 jours sur 365. On ne part quasiment jamais en vacances ». Il faut dire que ce couple de Berckois a fort à faire plusieurs fois par jour avec la gestion de 350 pigeons mâles et femelles. « Un pigeon, c’est comme un athlète et il faut s’en occuper. S’il ne s’entraîne pas il va prendre 10 kilos. Il faut aussi surveiller sa nutrition. C’est une passion qui est aussi très onéreuse. Par exemple, tous les samedis je vais à Amiens ou Beauvais pour lâcher mes pigeons. C’est leur entraînement hebdomadaire », explique Gérard Tillier. Un investissement également à la pointe de la technologie. Les pigeons sont équipés d’une bague avec une puce électronique, et les pigeonniers de capteurs. « Dès que le pigeon arrive, tout se déclenche et de manière instantanée nous avons son temps. Tout est sorti sur imprimante et rangé dans des dossiers », explique Gérard. Et quand le pigeon a bien travaillé, il a bien entendu une récompense. « Toute la semaine, les mâles et les femelles sont séparés. Ils ne doivent pas se voir d’ailleurs. À chaque entraînement ou concours, quand le mâle revient au pigeonnier il y a sa femelle qui l’attend », explique Gérard.
Connu dans le monde entier comme colombophile et juge lors de concours internationaux au Maroc, en Roumanie, en Pologne ou encore en Allemagne, Gérard Tillier présente un palmarès exceptionnel mais aussi et surtout une connaissance aussi rare qu’extraordinaire sur les pigeons. « J’ai rencontré des passionnés de pigeons aux quatre coins du monde, j’ai participé à un nombre incroyable de concours. Au fil des années, j’ai aussi récupéré des tas de pièces de collection, aussi rares qu’insolites. C’est pour cette raison que nous avons eu envie, avec Catherine, de monter ici à Berck le plus grand musée mondial dédié au pigeon ». C’est donc dans le jardin au milieu des pigeonniers, que ce grand musée a été érigé par Catherine et Gérard. Deux chalets mitoyens : d’un côté l’histoire civile du pigeon, de l’autre l’histoire militaire.

En hommage à Clovis et Octavie

Sur la façade extérieure, deux fresques de pigeons ont été peintes en souvenir à deux pigeons super champions que le couple a élevé et entraîné : Clovis, sacré 1er national en 2011 pour avoir été le plus rapide à réaliser les 864 kilomètres qui séparent à vol d’oiseau Narbonne de Berck. Il décroche par la même occasion la 6e place sur le plan international. Puis Octavie, qui décrocha en 2011 la 3e place nationale pour avoir réalisé les 1 004 kilomètres qui séparent Barcelone de Berck. Un musée, qui a des allures de véritable caverne d’Ali Baba. « Je n’ai pas moins de 800 constateurs (appareil qui permet de rendre compte de l’heure de rentrée du pigeon), 30 000 bagues du monde entier, de la bière et du champagne pigeon. Toute une partie est réservée aux mineurs, qui sont les premiers grands colombophiles », explique Gérard Tillier. Autre pièce exceptionnelle au sein du musée de Catherine et Gérard : les sifflets chinois. « Ils s’accrochent sur la queue du pigeon et sifflent quand ils volent. Ça permet au pigeon de ne pas se faire attaquer par les faucons », dit Gérard. Une passion, que Gérard et Catherine aimeraient transmettre aux petits écoliers berckois… mais les choses ne sont pas si simples : « Nous aurions aimé pouvoir travailler en partenariat avec les écoles et ouvrir les portes de notre musée aux élèves berckois. Mais les normes de sécurités sont drastiques », dit Gérard. Un musée qui fait aussi la part belle à l’utilisation du pigeon sur le plan militaire (lire ci-dessous) et qui possède une collection impressionnante d’ouvrages. De quoi être incollable sur la grande et noble histoire du pigeon à travers le monde.

 Mathieu VERGOIN


Musée du pigeon, 15 rue des Grognards à Berck (03 21 09 18 92)


Le pigeon, un «soldat» dans les airs


Le musée de Gérard Tillier et Catherine Fruitier réserve également une grande partie à toute l’histoire militaire du pigeon. Durant la première guerre mondiale, le pigeon a longtemps été utilisé pour transmettre des messages. Harnais, masque à gaz, carnets de porte message, transport de sang, paniers, appareils photo, parachute, autant d’objets insolites que vous pouvez découvrir au musée du pigeon à Berck. Dans le livre de Magali Domain « La Côte d’Opale dans la tourmente », on peut retrouver un passage sur l’utilisation des pigeons lors de la guerre 14-18 dans le Montreuillois. « À Sorrus, une unité colombophile élève des pigeons destinés à véhiculer des messages en empruntant la voie des airs », peut-on lire. « Il fallait rester très prudent car en tant de guerre les propriétaires des pigeons, s’ils étaient démasqués, risquaient d’être exécutés », explique Gérard Tillier. Parmi les pigeons soldats les plus célèbres ont peut citer « Le Vaillant ». Il fut le dernier pigeon du Commandant Raynal, défenseur du Fort de Vaux (Verdun) et obtint une citation à l’ordre de la nation. À noter que le colombier militaire de Paris (du Musée du Mont-Valérien) sera présent ce mardi 4 juin à Berck à l’occasion du lancement de la seconde étape du tour de France colombophile.


ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Des pigeons comme support pédagogique à l&# [1073 lectures] 
 
  24/05/2019 22:37 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_190524103326393219.jpg L’association de colombophilie l’Express aérien fournit des pigeons voyageurs à l’école Sainte-Croix de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Objectif ? Permettre aux enfants d’étudier les sciences, les mathématiques ou l’histoire grâce à un outil pédagogique plutôt original… L’association de colombophilie de Saint-Gilles-Croix-de-Vie a installé un pigeonnier dans la cour de récréation de l’école Sainte-Croix. Trois jeunes pigeons voyageurs y ont élu domicile pour une durée indéterminée. « Cela va permettre aux enfants d’apprendre de façon ludique. C’est un outil pédagogique précieux : on va pouvoir faire des mathématiques pour calculer leur distance de vol, de l’histoire en évoquant leur rôle pendant la guerre, de la science en étudiant leur comportement et leur mode de vie… », se réjouit la chef d’établissement, Rachel Michaud. « Les pigeons que nous fournissons à l’école sont encore très jeunes. Ils vont grandir et évoluer ici. Ils seront toujours capables de revenir à cette adresse, même si on les lâche à des centaines de kilomètres de Saint-Gilles-Croix-de-Vie », ajoute Alain Richard, président de l’association l’Express aérien. D’autres écoles ont été équipées en Vendée. À terme, elles pourront correspondre ensemble grâce aux pigeons voyageurs. « On pourra s’envoyer des photos ou des lettres via une clé USB accrochée aux oiseaux… Il paraît que c’est plus rapide que la poste ou la voiture ! », précise Rachel Michaud.

1 commentaire 1 commentaire 
 
 
 
 
   
 
Le colombier de Millançay retrouve son prestige [745 lectures] 
 
  19/12/2018 10:57 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_181219105726881930.jpg


Le colombier, aussi connu sous le nom de tour du Bois-Fleuri, à Millançay, a été restauré cet été, sous l'impulsion de ses propriétaires.


Il s'agit sans doute du bâtiment le plus haut de Millançay. A l'entrée du village en venant de Romorantin, il faut prendre la rue du Colombier pour la voir : une tour de 9 m de haut et 7 m de diamètre, colombier datant du Moyen Age. Il appartient à la famille Lefèvre depuis la fin du XIXe siècle. « Mon père l'a restauré en 1978 avec les moyens qu'il avait. Il était attaché à Millançay et à ce colombier, son souhait était qu'on le restaure à notre tour », note Jacques Lefèvre.

Une charpente refaite en atelier
A l'origine, le colombier servait aux seigneurs et aux grands propriétaires à élever des pigeons, appréciés pour leur chair au Moyen Age. Il est composé de 1.020 boulins, cases où nichaient les pigeons. Mais, malgré la restauration faite en 1978 par Pierre Lefèvre, les affres du temps ont continué leur travail sur le monument. Jean, Jacques et Michèle, ses enfants, ont donc lancé cet été une nouvelle restauration. Ils ont reçu pour cela une aide de 5.000 ¤ de la Fondation du patrimoine et une autre du Département.
Les travaux de restauration ont duré du 12 juin au 9 septembre (avec une pause au mois d'août). La charpente et la toiture ont été les principaux chantiers. « La charpente était très abîmée, donc on a dû remplacer certaines pièces de bois », raconte Stéphane Laurence, charpentier de Cour-Cheverny. « On a donc levé entièrement la charpente par le toit, pour remplacer les pièces abîmées en atelier. » Il a fallu alors reprendre toutes les longueurs de chaque pièce, et de la tour en elle-même, avec une difficulté supplémentaire : elle ne forme pas un rond parfait. « On a remonté la charpente en atelier, puis on l'a démonté pour le transport et on l'a remonté sur place pièce par pièce », poursuit l'artisan.

Une nouvelle toiture et une pente retrouvée
Une fois l’armature de 5 tonnes restaurée, les ouvriers se sont attaqués à la toiture. Il a d'abord fallu poser les voliges et les liteaux en bois. « Chaque tuile était découpée sur place, une par une, en trapèze », raconte Jean Lefèvre. Frédéric Picot, le couvreur, a compté 136 tuiles pour faire le tour du pigeonnier, et 62 rangs. Et si la tour vous paraît un plus haute, c'est normal : « On a retrouvé à peu près la pente d'origine du toit, de 40°, alors qu'elle était de 20° avant », révèle Jean. Lefèvre
Des travaux de maçonnerie ont aussi été effectués, notamment du piquetage de ciment sur un côté pour retrouver la brique qui forme la tour. Tout cela redonne un certain éclat au patrimoine historique de Millançay.

1 commentaire 1 commentaire 
 
 
 
 
   
 
"Stop spécisme" : le monument dédié aux pigeons voyageurs de Lille a é [500 lectures] 
 
  01/08/2018 08:40 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg

mini_180801084746266695.jpg
"Stop spécisme." Voici les deux mots qui ont été tagués sur le monument dédié aux pigeons voyageurs à Lille. Un acte de vandalisme qui s'ajoute à une longue liste. Dans les Hauts-de-France, sept boucheries ont été aspergées de faux sang en avril, une boucherie et une poissonnerie ont aussi été vandalisées, leurs vitrines brisées dans des attaques qu'ils attribuent à des militants vegans.
"Stop spécisme." Voici les deux mots qui ont été tagués sur le monument dédié aux pigeons voyageurs à Lille. Un acte de vandalisme qui s'ajoute à une longue liste. Dans les Hauts-de-France, sept boucheries ont été aspergées de faux sang en avril, une boucherie et une poissonnerie ont aussi été vandalisées, leurs vitrines brisées dans des attaques qu'ils attribuent à des militants vegans.
A Lille, à l’entrée du parc zoologique, la Fédération nationale des sociétés colombophiles a érigé en 1936 un monument dédié "aux 20 000 pigeons morts pour la patrie" ainsi qu’ "aux colombophiles fusillés par l’ennemi pour avoir détenu des pigeons voyageurs". C'est ce monument qui a été la dernière cible des anti-spécistes. En juin, les bouchers-charcutiers avaient demandé dans un courrier adressé au ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, la protection de la police, face à ces attaques.

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Nord: Un élevage de pigeons touché par un virus hautement pathogène [987 lectures] 
 
  23/12/2017 08:19 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
mini_171223081506371103.jpg •Un foyer de la maladie de Newcastle a été détecté à Orchies, dans le Nord. •Il s’agit d’un virus hautement contagieux pour les oiseaux. •Les 9.000 pigeons de l’élevage vont être euthanasiés. Mercredi, un foyer de maladie de Newcastle, aussi appelée paramyxovirose, a été confirmé dans un élevage de pigeons de chair à Orchies, entre Lille et Valenciennes, dans le Nord a-t-on appris, jeudi, auprès de la préfecture du Nord. Tous les animaux de l’élevage vont être euthanasiés. Hautement contagieuse pour presque tous les oiseaux Les analyses ont été conduites par le laboratoire de référence et du travail de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) de Ploufragan, qui a isolé une souche virulente de cette maladie infectieuse hautement contagieuse entre les oiseaux de presque toutes les espèces. Les bêtes touchées peuvent manifester des symptômes nerveux et une mortalité anormale. Selon la préfecture, les « pigeons sont particulièrement sensibles à la maladie, ce qui justifie que la vaccination contre la maladie de Newcastle soit obligatoire pour cette espèce », précisant que cela concerne les pigeons de chair de reproduction d’ornement ainsi que les pigeons voyageurs. Pas de risque pour l’homme Les autorités sanitaires assurent néanmoins que « l’homme n’est pas sensible à la maladie. La consommation d’½ufs, de viande de volaille et de produits d’origine avicole ne présente pas de risque. Il n’y a donc aucun danger pour la santé publique ». Dans l’élevage à Orchies, ce sont 9.000 pigeons qui vont être euthanasiés sur le site de l’exploitation, vendredi. La préfecture déclare qu’une « enquête épidémiologique va être menée par les services de la direction départementale de protection des populations afin de déterminer l’origine de ce foyer ». >> A lire aussi : Un cas de grippe aviaire dans le Maine-et-Loire, 9.000 dindes bientôt abattues par précaution, les autorités préfectorales ont pris un arrêté de restriction des mouvements d’animaux et des produits « dans des zones de 3 et de 10 km autour du foyer », précisant qu’une partie de cette zone impactait le territoire belge. Ces mesures restrictives « pourront être levées au plus tôt 30 jours après assainissement de l’exploitation ». Les exploitants situés aux alentours sont priés par les autorités « de faire preuve de la plus grande vigilance et de signaler tout signe clinique suspect sur leurs volailles » et de respecter les « mesures de biosécurité ».

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Cuba. Des pigeons voyageurs transmettent les données électorales [1060 lectures] 
 
  29/11/2017 08:00 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
NEWS
mini_171129075754720394.jpg

La Havane. Mardi 28 Novembre 2017. Bolivarinfos/CCN. Des dizaines de collèges électoraux de Guantánamo ont utilisé ce dimanche 400 pigeons voyageurs ainsi que des technologies modernes, pour garantir le flux de communications aux élections générales.


Cette province de l'île est montagneuse à 75%. L'utilisation de cette sorte d'oiseaux est nécessaire pour assurer les communications, surtout dans les endroits inextricables, a expliqué Alaín Alí Olivares Quiala, président de la filiale de Guantánamo de la Fédération de Colombophilie de Cuba (FCC).

Ceci s'ajoute à d'autres façons d'envoyer les données comme les installations de radio, de télévision, de téléphonie fixe et de portables, l’utilisation de vélos et de matériel de traction, a indiqué Tomás Sourt Martínez, président de la Commission Electorale Provinciale.

Chaque collège électoral possède 5 oiseaux qui sont envoyés 2 jours auparavant et leur efficacité a été prouvée dans d'autres situations, a indiqué Olivares Quiala.

On remet aux oiseaux un rapport chiffré placé dans une capsule fixée aux bagues d'identification qu'ils ont sur les pattes et on les lâche.

Lorsqu'ils sont arrivés à destination, les soigneurs envoient les informations reçues à la commission électorale correspondante.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Près d'Honfleur, les pigeons voyageurs font leur tour de France [1017 lectures] 
 
  10/07/2017 22:05 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
OUEST FRANCE :
mini_170710102436385330.jpg
Yanis, 11 ans, est colombophile dans l’Eure. Cinq pigeons voyageurs de son élevage ont pris leur envol depuis Pennedepie (Calvados). | Ouest-France

Cinq pigeons voyageurs sont partis de Pennedepie ce lundi 10 juillet 2017 vers Sainte-Colombe-la-Commanderie de l’Eure. Il s’agit de la 13e étape du tour de France colombophile.
Le 7e tour de France colombophile faisait étape à Pennedepie, près de Honfleur (Calvados), ce lundi 10 juillet 2017. Les pigeons de Yanis Sénécot, colombophile de 11 ans dans l’Eure, se sont envolés de la mairie pour rejoindre leur commune d’origine Sainte-Colombe-la-Commanderie.

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
L'arrivée du Tour de France colombophile se fera dans le Ternois [949 lectures] 
 
  09/07/2017 21:34 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
LA VOIX DU NORD : mini_170709095513417187.jpg Le Tour de France colombophile a pris son envol le 26 juin, à Salvagnac, dans le Tarn. Et l’arrivée de la dernière étape a lieu à Vaulx, mardi, chez Claude Bruhier. Un Tour de France qui n’est pas une compétition, mais plutôt un rendez-vous visant à mieux faire connaître la colombophilie au grand public. En ce moment, c’est le Tour de France. Et l’arrivée de la dernière étape se fera dans le Ternois, à Vaulx-lès-Auxi, ce mardi ! Sauf que là, on ne parle pas de petite reine, et du Tour de France cycliste. Mais du Tour de France colombophile, qui est parti de Salvagnac, commune située dans le Tarn, et qui se terminera à Vaulx-lès-Auxi, chez Claude Bruhier. « Je connais bien le président de la fédération nationale de colombophilie, il m’a demandé d’accueillir la dernière étape de ce Tour de France », explique celui qui est président de la société colombophile La Rapide auxiloise mais aussi président du groupement de Saint-Pol. Un groupement qui rassemble des associations sur un vaste territoire, d’Étaples à Avesnes-le-Comte en passant par Saint-Pol, Auchy, Pernes, etc. Recevoir cette dernière étape, c’est un clin d’½il plutôt sympa, pour ce colombophile qui est tombé dans cette discipline en 1974. « Mon premier pigeon, je l’ai eu chez un copain de l’École normale. » Depuis, la passion n’a cessé de grandir, et aujourd’hui, Claude Bruhier possède environ 150 de ces petits volatiles. Et bien entendu, il participe à des concours. « Il y en a tous les week-ends, du 15 avril jusqu’à la fin août. » Une passion qui prend du temps, parce qu’en plus des concours, il faut s’en occuper, de ces pigeons. « Mais élever les pigeons, ça me plaît vraiment. Et puis il y a aussi le contact avec les gens. » Dur d’attirer les jeunes Mais revenons à ce fameux Tour de France, dont c’est la septième édition. Comment ça marche ? Ici, on n’est pas dans une compétition. « L’idée, c’est de faire découvrir la colombophilie, d’expliquer comment ça marche, de parler de notre passion. » Une discipline qui a un peu de mal à attirer les jeunes. « Sur Auxi, on en a quelques-uns, mais c’est vrai que ça devient de plus en plus difficile d’en faire venir de nouveaux. » Pour chaque étape du Tour de France, l’éleveur qui est choisi pour être ville d’arrivée sélectionne cinq de ses pigeons qu’il conduit à la ville de départ. Pour Claude Bruhier, ce sera à Monts, dans l’Oise. Ses pigeons devront parcourir une distance d’environ 120 km pour rallier leur pigeonnier de Vaulx. Pas très long, en fait, quand on sait que ces petites bêtes peuvent traverser la France en une journée à des vitesses qui peuvent dépasser les 100 km/h. De vrais athlètes, les pigeons voyageurs ! Si les cinq pigeons de Claude Bruhier devraient rallier l’arrivée sans trop de souci, reste à savoir à quelle heure. « En fait, c’est difficile à dire. Tout dépendra du temps. Mais je pense qu’ils devraient rentrer aux alentours de midi. » Et Claude Bruhier espère bien qu’ils arriveront groupés. « Quand tu vois arriver tes pigeons en même temps, c’est toujours un beau moment… »

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Fête des colombophiles [835 lectures] 
 
  02/07/2017 09:06 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
LA DEPECHE :
mini_170702092532138938.jpg
Le départ vers le pigeonnier des colombes Albigeoises./ Photo G. C

Les colombophiles toulousains, aidés par un temps clément, étaient de sortie festive au lac des pêcheurs à Tournefeuille. C'est dans le cadre d'une manifestation nationale de promotion de la colombophilie qu'a eu lieu cet évènement, une nouveauté dans la métropole. C'est Alain Trivellato le seul colombophile local qui a porté cette fête avec ses amis et leurs épouses des communes alentour. Dans le cadre d'un tour de France, cinq colombes Albigeoises ont été symboliquement libérées et ont retrouvé une heure après leur propriétaire à Albi. La quarantaine de colombes Tournefeuillaises, elles, ont mis moins de temps pour retrouver leurs nichoirs à un kilomètre. Ce sport réunit des passionnés qui forment un réseau national et qui organisent de vraies compétitions chronométrées ! Là aussi l'informatique est présente, chaque pigeon ayant une bague électronique d'identification, très utile en particulier dans les compétitions.

Mais si les pigeons n'ont pas besoin de GPS pour trouver leur route du retour, l'imprévu et notamment la rencontre d'une belle colombe ou, plus gênant, d'un rapace peut toujours arriver. La mairie était présente avec Pierre Dufour conseiller municipal ayant connu ce sport dans sa famille.

La Dépêche du Midi

ajout commentaire Ajouter un commentaire 
 
 
 
 
   
 
Espace Membre :
 
 
Privé Masquer le formulaire de connexion
 
 
membres on-line :
 
 
En ce moment:
1 membre
50 visiteurs
3793 visites aujourd’hui

Record visites :
15/03/19 : 7969 visites
Record membres :
31/01/10 : 153 membres
Record simultané :
22/07/12 : 308 visiteurs
03/01/10 : 30 membres

Avatar
 3379 posts
 

7 597 869 visiteurs
depuis le 27/08/2008
 
 
Nuage de mots
 
 
This will be shown to users with no Flash or Javascript.
 
 
Liens Web :