ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu general :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Aperçu historique : avant les téléphones, les pigeons voyageurs [1370 lectures] 
 
  14/10/2018 16:57 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
Art-Culture-MĂ©dia

mini_181014050836741031.jpg



La prĂ©occupation de trouver des moyens de communication efficaces pour transmettre les messages ne date pas d’aujourd’hui. Il y a plus d'un siècle fut mis en place Ă  Brazzaville un premier service de pigeons voyageurs. A l'heure d'internet et des moyens de communication modernes, cela paraĂ®t bien dĂ©suet. Mais les pigeons voyageurs Ă©taient des messagers efficaces qui furent notamment employĂ©s en Europe au cours des deux guerres mondiales.
Le commandant Raynaud effectue, en 1907, avec Gabriel de MostuĂ©jouls, dans les environs de Brazzaville, les premiers essais d'envoi postal par pigeon, sous l'Ă©gide de la SociĂ©tĂ© de gĂ©ographie. ​Le contexte local est alors le suivant : " La crĂ©ation des relations tĂ©lĂ©graphiques et postales est le premier souci de toute administration coloniale s'implantant dans un pays neuf, beaucoup plus Ă©tendu que la France et relativement peu peuplĂ©. La tĂ©lĂ©graphie ordinaire, très coĂ»teuse Ă  Ă©tablir, traverse de vastes espaces oĂą son entretien et sa protection sont extrĂŞmement difficiles Ă  assurer. Les indigènes malveillants ou ignorants l'interceptent souvent; parfois aussi les animaux, les Ă©lĂ©phants en particulier, s'attaquent Ă  une ligne et la dĂ©truisent mĂ©thodiquement en dĂ©racinant les poteaux sur de longs parcours. Dans ces conditions, le nombre de lignes tĂ©lĂ©graphiques est forcĂ©ment très limitĂ© en raison des frais anormaux qu'elles occasionnent et du personnel technique que nĂ©cessite leur entretien et leur service". Il s’agit ici de la totalitĂ© du Congo français d'alors et pas seulement du Congo Brazzaville d'aujourd'hui.

Ainsi, "A défaut de moyens de transmissions perfectionnés, il fut fait appel à un mode de correspondance, en apparence seulement, primitif et suranné: le pigeon voyageur". Celui-ci pouvait parcourir de longues distances. De 60 à 70 km en une heure et avec de l'entraînement, pour un bel athlète, de l'ordre de 1 000 km en une journée! Un exploit qui ne pouvait se renouveler chaque jour. Le trajet journalier "raisonnable" étant un parcours de 200 km effectué en 2h30. L'idée qui germa fut donc l'implantation de colombiers, espacés chacun de 200 km. Le message à transporter passait ainsi d'un pigeon à l'autre, et en dix heures, on pouvait espérer franchir 1 000 km !

"Tel fut le fonctionnement de cette poste aérienne dont l'emploi ne nécessita aucune connaissance technique compliquée et dont le service fut très largement assuré par un personnel restreint: deux colombophiles par colombier. Un pigeon portait aisément en papier pelure une longue lettre de six pages écrite sur le format écolier. Si le message était écrit en deux exemplaires portés par deux pigeons lâchés séparément, les chances de pertes étaient nulles. "

Le programme postal du commandant Raynaud permit la mise en place d'un premier colombier à Brazzaville, grâce aux subsides du ministère de la Guerre, de celui des Colonies et avec l'aide de la Société de géographie. "Les nouvelles récentes qui arrivèrent du Congo confirmèrent toutes les espérances et les expériences qui s'y poursuivirent sur l'emploi des pigeons-voyageurs donnèrent des résultats de plus en plus satisfaisants. L'administrateur de Mostuéjouls, quittant Brazzaville, emmena dix volatiles et après cinq jours de marche, du marché de M'Koï Euoka, à environ 100 km au nord de Brazzaville, on reçut de ses nouvelles, bien que les pigeons n'eussent jamais été entraînés dans cette direction. " [...] "Le commandant Raynaud estima organiser complètement ce service en juillet 1908."(Revue "A Travers le Monde" - n°1 du 4 janvier 1908
 
 
 
 
 
 
News précédente 
News suivante