ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Les spécialistes commencent à s'interroger : la colombophilie a- [757 lectures] 
 
  16/08/2016 16:24 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
Le Populaire du Centre Centre France
mini_160816043540730806.jpg
Le dernier lâcher de juillet a dû être reporté au lendemain en raison de la météo. - Bessuges
L’esplanade Yves-Furet, boulevard de la liberté à La Souterraine, est un site prisé par les colombophiles des régions ou pays dont les distances d’éloignement correspondent aux normes des concours de lâchers de divers niveaux.





A la saison, dès le début du printemps et jusqu'à la fin du mois d'août, des groupements colombophiles français ou étrangers (essentiellement belges et hollandais), se retrouvent sur l'esplanade Yves-Furet pour organiser des lâchers de pigeons plus ou moins importants. L'horaire de leur retour chez leur propriétaire va les classer parmi les champions. Ces performances donnent de la valeur aux pigeons qui font l'objet de transactions, ensuite, pour d'autres courses ou pour la reproduction, ou qui sont mis en jeu dans des paris, comme en Belgique depuis peu. Selon l'importance, ce sont des sociétés colombophiles départementales ou des groupements régionaux, ou des fédérations nationales qui organisent ces rendez-vous.
Une organisation millimétrée
Ainsi, le dernier lâcher, qui aura lieu le 27 août à La Souterraine, est organisé par un groupement interprovincial de Belgique. Ce sera le dixième, après le premier du groupement de la Dordogne début avril, puis ceux de la Vendée, d'Orléans, de la Seine Maritime et dès la fin juin, des Belges de l'Oost Brabant, des Hollandais fin juillet. Le plus gros lâcher a eu lieu le 3 juillet, il s'agissait du derby Hainaut de Belgique, 19.000 pigeons se sont envolés pour la bonne cause, celle de la Lutte contre le cancer.

Ces rendez-vous demandent une organisation millimétrée. Pour autant, elle est soumise aux aléas de la météo, sur les lieux d'envol comme ceux du retour. C'est d'ailleurs pour cette raison que le lâcher prévu à La Souterraine le 23 juillet par temps clair, ciel dégagé, n'a pas été autorisé par la fédération hollandaise, car là-bas, un gros grain était annoncé à l'heure du retour. Les pigeons et leurs convoyeurs sont restés une nuit de plus à La Souterraine, le lâcher a eu lieu le lendemain dimanche à 7 heures. Comment sont enlogés les pigeons ? En Belgique, le ramassage se fait la veille au domicile du colombophile, avec le camion des convoyeurs. La distance séparant le domicile du lieu de lâcher est relevée par GPS. Les pigeons portent des bagues électroniques ; ils sont nourris et abreuvés la veille. Tous les camions sont aérés régulièrement et disposent d'un ventilateur automatique. Ils sont en liaison avec le responsable qui a donné le top départ, et sur place, ils sont attendus par le contrôleur de lâcher.
Les déplacements
vont-ils se poursuivre ?
A La Souterraine, Jean-Michel Doriol assure l'accueil depuis plusieurs années. Il est présent à l'heure du lâcher et met le nécessaire tampon, lorsque les convoyeurs reçoivent l'ordre du responsable sur le lieu du retour. La Souterraine est un des sites les plus importants, mais d'autres lâchers ont lieu à Aubusson ou à Guéret. Et la société colombophile de Guéret organise elle aussi ses propres concours. Elle dispose d'un camion qui fait la tournée au domicile des concurrents avant d'aller se poser le plus souvent à Châteauroux pour procéder à un lâcher de pigeons creusois. Elle peut se joindre aussi au groupement du Limousin pour des concours sur de longues distances ; ils peuvent ainsi monter en Belgique pour des concours de fonds ou de demi fonds.







Mais beaucoup de colombophiles se demandent si ces déplacements, qui font le bonheur des pigeons, vont se poursuivre. Lors du dernier lâcher fin juillet, les pigeons hollandais n'étaient pas très nombreux, et l'humeur est chagrine. « On ne sait pas si ce sont les ondes, ou maintenant les éoliennes, mais les colombophiles étrangers constatent de grosses pertes notamment chez les jeunes, près de 60 %, commente Jean-Michel Doriol. La météo ne peut pas être en cause car elle est très étudiée pour chaque lâcher… ».

Lors du dernier lâcher de juillet, le camion hollandais était à peine plein, seulement 1.480 pigeons.
 
 
 
 
 
 
News précédente 
News suivante