ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Une passion à tire-d'aile [869 lectures] 
 
  29/02/2016 07:38 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
LA DEPECHE
mini_160229074520881986.jpg
Jean-Jacques Dupuis, président de la fédération colombophile, présente à Gérard Trémège, le maire de Tarbes, des volatiles d'exception./Photo DDM, Rachel Barranco
Samedi et dimanche, s'est tenu, au Parc des expositions, le congrès national colombophile avec remise des prix du championnat de France. C'est la première fois que la ville de Tarbes accueille cet événement.

Élever et faire concourir des pigeons voyageurs. Tout un art. Qui a pour nom la colombophilie. Cette discipline, particulièrement exigeante et qui a pris son envol depuis l'Antiquité, avait pour capitale la ville de Tarbes ce week-end où s'est déroulé le congrès national, inauguré samedi matin au Parc des expositions. «C'est une très belle passion», considère Didier Hoflack, venu de Boursin, dans le Pas-de-Calais. Cet éleveur, sacré champion de France toutes catégories, est arrivé jeudi avec 80 pigeons. Son père lui a transmis le feu sacré, lui apprenant à aimer le contact avec ces volatiles, capables de parcourir, à tire-d'aile, jusqu'à 1.050 km.

Et d'expliquer que les jeunes commencent à voler sur 30 km. Puis, les distances s'allongent, atteignant ensuite 500 km. Et comme ces oiseaux ont une belle longévité - jusqu'à 20 ans - ces efforts trouvent leur récompense. Seul bémol : «C'est une passion qui coûte de plus en plus cher au niveau de la nourriture». Elle est en effet composée de différentes graines. Cocktail dont ont le secret des spécialistes comme Peter Allemeesh, venu tout exprès de Hollande. Il a tenu un stand pendant la durée du congrès.

«Pour les bébés, explique-t-il, on prépare un mélange destiné aux parents car ils gavent les jeunes. Après 21 jours, on peut les sevrer et leur donner des aliments riches en protéines pour les muscles et les os.» Compter 16,50 ¤ le sac de 20 kg.

À 7 ans, il aimait déjà «bichonner» les pigeons

Président du groupement de l'Oise, Gérard Loiselle se souvient lui aussi que, dès l'âge de 7 ans, il prenait plaisir à bichonner ces oiseaux de compétition : «Je leur donnais des vitamines et des produits comme la levure de bière ou du thé pour les purifier. «Je joue en tandem avec mon père, dit-il. On a 200 à 300 pigeons.» Ces bêtes de concours sont passées devant un jury, une brochette de juges internationaux, voire olympiques. Ces experts ont passé la soirée de vendredi à classer ces pigeons d'exception par ordre de beauté ; «on les note selon différents critères», indique Michel Delcourt, qui vont de l'impression générale au bréchet en passant par la forme et la fermeté du dos et, bien sûr, la qualité du plumage. «C'est la première fois que le maire de Tarbes reçoit cet événement annuel», a souligné Jean-Jacques Dupuis, président de la fédération nationale, expliquant que celle-ci aime les voyages. «Ce congrès national constitue un moment important de la vie de notre fédération. Il permet de se rencontrer en toute convivialité, de rendre compte de la gestion de cette fédération, et de présenter au grand public des centaines de pigeons voyageurs.»

Tiercé gagnant : la 8e région, la 4e et la 9e.

Le maire impressionné
Après avoir remercié les responsables du Rapide tarbais, Gérard Trémège, le maire de Tarbes, déclare : «Ce n'est pas souvent que nous recevons le congrès de colombophilie. Je suis impressionné par tant de passion : 400 pigeons ont concouru. à Laslades, où je m'étais rendu, j'ai déjà été impressionné par les performances de ces pigeons. J'ajoute que votre organisation brille dans des concours internationaux».
 
 
 
 
 
 
News précédente 
News suivante