ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Éleveurs et entraîneurs de pigeons voyageurs [1642 lectures] 
 
  18/03/2014 22:06 par ΩFrançois 
images/rubriques/calendrier.jpg
ouest-france.gif?version=20130627
mini_140318101114766112.jpg
Hubert Quintin, au centre, est le président de la fédération colombophile de Bretagne.
Jusqu'à la fin mars, les 365 colombophiles bretons ouvrent leurs colombiers au grand public (1). L'occasion de découvrir ces passionnés et leurs pigeons, de véritables athlètes.

Des amoureux de la plume

Les colombophiles sont des amoureux du pigeon voyageur. « Il faut aimer la plume, l'oiseau. Nous prenons plaisir à les élever, les entraîner, les voir voler, revenir... », s'enthousiasme Hubert Quintin, président de la fédération colombophile région Bretagne. Qui annonce : « La Bretagne compte 365 adhérents (sur les 12 000 que compte la France métropolitaine), dont 250 « jouent » leurs volatiles. »

Des pigeons messagers

Durant la Première Guerre mondiale, les pigeons voyageurs servaient de messagers. « Chaque garnison disposait de son pigeonnier militaire », explique Hubert Quintin. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ils ont contribué aux échanges de messages entre résistants. Après avoir longtemps dépendu du ministère de la Défense, la colombophilie est désormais affiliée au ministère de l'Agriculture. « Et malgré l'apparition d'Internet et du smartphone, la passion du pigeon a survécu ! »

Des athlètes complets

Le pigeon voyageur, « à ne pas confondre avec le pigeon de ville », est un oiseau sportif, capable d'avaler 1 000 km non-stop à une vitesse de 100 km/h ! Le futur athlète est entraîné progressivement afin d'affiner son sens de l'orientation. Il pourra ainsi revenir au bercail quel que soit l'endroit d'où il est lâché. « Ils sont tous bagués aux deux pattes. Sur l'une, on inscrit le matricule, unique pour chaque oiseau, et sur l'autre, le numéro de téléphone de son propriétaire. » Chez Hubert Quintin, à Tressignaux (Côtes-d'Armor), les pigeons sont bichonnés. « Mon colombier comporte trois espaces : une maternité, une gériatrie et un espace pour les compétiteurs. »

Des bêtes de compétition...

Le pigeon voyageur est aussi un volatile de compétition. Le principe des courses est simple. Ramassés chez leurs propriétaires, ils sont amenés sur les lieux du départ, puis lâchés pour des distances allant de 400 à 800 km ! Leur mission : rentrer le plus vite possible au bercail. « Le colombophile n'accompagne jamais ses pigeons sur place », précise Hubert Quintin. Une précision qui vaut une petite remarque humoristique de la part d'Alfred Texier, président de la société de Saint-Brieuc : « Le pigeon est un sportif, le colombophile un fainéant. »
 
 
 
 
 
 
News précédente 
News suivante

 
 
>>Masquer les commentaires [1]
 
 
 
Commentaire n°1/1
 
 
Remonter Posté le 20/03/2014 par

 
Sans commentaire.
 
avatar


signat10.jpg
http://bzbreizh.skyrock.com/