ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Forum : Masquer l’entête
 
 
Accès rapide :

 

Effectuer une Recherche avancée OU


 
 
De l'importance d'une tête de lignée  [5 réponses]
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
jlj
starsj3.png
Habitué


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 108
Inscrit(e) le: 30 novembre 2010
Imprimer Permalien mercredi 24 février 2021 à 22:44  

http://jljanne.over-blog.com/2021/02/tete-de-lignee.html




 
 
 
 
 
 
tof29
starsj3.png
Habitué


avatar
En ligne

Nombre de posts: 148
Inscrit(e) le: 27 septembre 2018
Imprimer Permalien jeudi 25 février 2021 à 13:32  

Intéressant comme article.

J'ai une question, pourquoi la tête de lignée serait un mâle? Tu compares aux chevaux par exemple, dans cette espèce, la souche maternelle est primordiale. Après, on peut difficilement comparer avec les pigeons, la prolificité, l'intervalle entre génération, le coût d'un produit n'ont rien à voir. En pigeon, la sélection peut-être beaucoup plus forte, on peut travailler en consanguinité, avancer plus vite dans les générations. Donc pas de raison de ne pas baser son colombier sur une femelle.

Il y a une autre chose qui me chiffonne, c'est sur le fait d'écarter de la reproduction les moyens ou les mauvais voyageurs d'une très bonne souche. Ca revient à dire que les meilleurs voyageurs d'une bonne souche seraient aussi les meilleurs reproducteurs. Pourtant, l'expérience montre que ce n'est pas vrai, il y a de nombreux exemples où un bon pigeon n'a pas eu une descendance transcendante mais ou un frère ou une soeur avec de moindres résultats a eu une très bonne descendance. On ne peut savoir ce que vaut un pigeon à la reproduction qu'en le testant. Je parle bien là de pigeons issus d'un très bon couple/souche de reproducteur (et un direct, pas un arrière petit-fils!), je ne parle pas du mauvais issu d'une mauvaise souche.
Ca s'explique par le fait que la valeur génétique est due à un ensemble de gènes. Et que la valeur d'un sujet n'est pas la valeur moyenne de ce pool génétique, mais résulte du facteur limitant. Pour imager, si la valeur sportive dépendait de 10 caractères génétiques différents, qu'on note de 0 à 10, 10 étant la meilleure valeur, un pigeon aillant une valeur de 8 pour chacun des 10 caractères aura un potentiel de 8. Si son frère à 9 valeurs à 9 et une valeur à 6, 6 sera la valeur du pigeon, donc effectivement une qualité sportive moindre que son collatéral. Par contre, à la reproduction, il sera plus améliorateur pour 9 sur 10 des caractéristiques.

Donc quand c'est issu d'une très bonne souche, il faut jouer et élever avec sans à-priori et ne trier que sur la performance. La propre pour le voyage, celle des descendants pour la valeur à l'élevage...l'idéal étant d'élever rapidement pour réduire l'intervalle entre génération qui est un facteur essentiel d'efficacité de la sélection avec la pression de sélection.

Enfin, un autre type de croisement intéressant quand on travaille avec une base d'élevage, c'est l'accouplement demi-frère demi-soeur. Ca permet de rentrer les qualités d'autres souches et d'améliorer progressivement sa base. Ca reste une consanguinité raisonnable qui ne pénalise pas la vitalité et les perfs au voyage. Très intéressant quand on travaille sur une femelle et que le nombre de descendants est plus limité qu'avec un mâle.



E-mail Anti-spam


 
 
 
 
 
 
yann
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 3201
Inscrit(e) le: 04 octobre 2008
Imprimer Permalien jeudi 25 février 2021 à 19:03  

Il m'a été dit que dans un couple de bons pigeons frère/frère, frère/s½ur et s½ur/s½ur, il y avait souvent le coursier d'un côté et le reproducteur de l'autre.

Après je n'en ferais peut être pas une généralité.


Les pigeons sont rarement les responsables de leurs déboires, mais comme ils ne parlent pas, c'est plus facile de dire que c'est de leur faute.

Blog perso :
http://colombus56.skyrock.com/



 
 
 
 
 
 
montendreau
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 3224
Inscrit(e) le: 07 septembre 2008
Imprimer Permalien jeudi 25 février 2021 à 19:08  


Le plus important est de fixer la lignée et là seul le travail en consanguinité le permet.



E-mail Anti-spam


 
 
 
 
 
 
jlj
starsj3.png
Habitué


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 108
Inscrit(e) le: 30 novembre 2010
Imprimer Permalien vendredi 26 février 2021 à 19:20  


Citation de tof29 :

Intéressant comme article.

J'ai une question, pourquoi la tête de lignée serait un mâle? Tu compares aux chevaux par exemple, dans cette espèce, la souche maternelle est primordiale. Après, on peut difficilement comparer avec les pigeons, la prolificité, l'intervalle entre génération, le coût d'un produit n'ont rien à voir. En pigeon, la sélection peut-être beaucoup plus forte, on peut travailler en consanguinité, avancer plus vite dans les générations. Donc pas de raison de ne pas baser son colombier sur une femelle.

Il y a une autre chose qui me chiffonne, c'est sur le fait d'écarter de la reproduction les moyens ou les mauvais voyageurs d'une très bonne souche. Ca revient à dire que les meilleurs voyageurs d'une bonne souche seraient aussi les meilleurs reproducteurs. Pourtant, l'expérience montre que ce n'est pas vrai, il y a de nombreux exemples où un bon pigeon n'a pas eu une descendance transcendante mais ou un frère ou une soeur avec de moindres résultats a eu une très bonne descendance. On ne peut savoir ce que vaut un pigeon à la reproduction qu'en le testant. Je parle bien là de pigeons issus d'un très bon couple/souche de reproducteur (et un direct, pas un arrière petit-fils!), je ne parle pas du mauvais issu d'une mauvaise souche.
Ca s'explique par le fait que la valeur génétique est due à un ensemble de gènes. Et que la valeur d'un sujet n'est pas la valeur moyenne de ce pool génétique, mais résulte du facteur limitant. Pour imager, si la valeur sportive dépendait de 10 caractères génétiques différents, qu'on note de 0 à 10, 10 étant la meilleure valeur, un pigeon aillant une valeur de 8 pour chacun des 10 caractères aura un potentiel de 8. Si son frère à 9 valeurs à 9 et une valeur à 6, 6 sera la valeur du pigeon, donc effectivement une qualité sportive moindre que son collatéral. Par contre, à la reproduction, il sera plus améliorateur pour 9 sur 10 des caractéristiques.

Donc quand c'est issu d'une très bonne souche, il faut jouer et élever avec sans à-priori et ne trier que sur la performance. La propre pour le voyage, celle des descendants pour la valeur à l'élevage...l'idéal étant d'élever rapidement pour réduire l'intervalle entre génération qui est un facteur essentiel d'efficacité de la sélection avec la pression de sélection.

Enfin, un autre type de croisement intéressant quand on travaille avec une base d'élevage, c'est l'accouplement demi-frère demi-soeur. Ca permet de rentrer les qualités d'autres souches et d'améliorer progressivement sa base. Ca reste une consanguinité raisonnable qui ne pénalise pas la vitalité et les perfs au voyage. Très intéressant quand on travaille sur une femelle et que le nombre de descendants est plus limité qu'avec un mâle.



En ce qui concerne le fait qu'une femelle peut devenir tête de lignée. Personnellement j'ai insisté sur la tête de lignée masculine étant donné qu'il est plus facile d'avoir de nombreux jeunes d'un mâle par rapport à une femelle.
En ce qui concerne les voyageurs moyens, effectivement ils peuvent apporter un plus. Mais un moment on ne peut pas tirer de tout.




 
 
 
 
 
 
tof29
starsj3.png
Habitué


avatar
En ligne

Nombre de posts: 148
Inscrit(e) le: 27 septembre 2018
Imprimer Permalien samedi 27 février 2021 à 12:34  


Citation de jlj :


Citation de tof29 :
Intéressant comme article.

J'ai une question, pourquoi la tête de lignée serait un mâle? Tu compares aux chevaux par exemple, dans cette espèce, la souche maternelle est primordiale. Après, on peut difficilement comparer avec les pigeons, la prolificité, l'intervalle entre génération, le coût d'un produit n'ont rien à voir. En pigeon, la sélection peut-être beaucoup plus forte, on peut travailler en consanguinité, avancer plus vite dans les générations. Donc pas de raison de ne pas baser son colombier sur une femelle.

Il y a une autre chose qui me chiffonne, c'est sur le fait d'écarter de la reproduction les moyens ou les mauvais voyageurs d'une très bonne souche. Ca revient à dire que les meilleurs voyageurs d'une bonne souche seraient aussi les meilleurs reproducteurs. Pourtant, l'expérience montre que ce n'est pas vrai, il y a de nombreux exemples où un bon pigeon n'a pas eu une descendance transcendante mais ou un frère ou une soeur avec de moindres résultats a eu une très bonne descendance. On ne peut savoir ce que vaut un pigeon à la reproduction qu'en le testant. Je parle bien là de pigeons issus d'un très bon couple/souche de reproducteur (et un direct, pas un arrière petit-fils!), je ne parle pas du mauvais issu d'une mauvaise souche.
Ca s'explique par le fait que la valeur génétique est due à un ensemble de gènes. Et que la valeur d'un sujet n'est pas la valeur moyenne de ce pool génétique, mais résulte du facteur limitant. Pour imager, si la valeur sportive dépendait de 10 caractères génétiques différents, qu'on note de 0 à 10, 10 étant la meilleure valeur, un pigeon aillant une valeur de 8 pour chacun des 10 caractères aura un potentiel de 8. Si son frère à 9 valeurs à 9 et une valeur à 6, 6 sera la valeur du pigeon, donc effectivement une qualité sportive moindre que son collatéral. Par contre, à la reproduction, il sera plus améliorateur pour 9 sur 10 des caractéristiques.

Donc quand c'est issu d'une très bonne souche, il faut jouer et élever avec sans à-priori et ne trier que sur la performance. La propre pour le voyage, celle des descendants pour la valeur à l'élevage...l'idéal étant d'élever rapidement pour réduire l'intervalle entre génération qui est un facteur essentiel d'efficacité de la sélection avec la pression de sélection.

Enfin, un autre type de croisement intéressant quand on travaille avec une base d'élevage, c'est l'accouplement demi-frère demi-soeur. Ca permet de rentrer les qualités d'autres souches et d'améliorer progressivement sa base. Ca reste une consanguinité raisonnable qui ne pénalise pas la vitalité et les perfs au voyage. Très intéressant quand on travaille sur une femelle et que le nombre de descendants est plus limité qu'avec un mâle.



En ce qui concerne le fait qu'une femelle peut devenir tête de lignée. Personnellement j'ai insisté sur la tête de lignée masculine étant donné qu'il est plus facile d'avoir de nombreux jeunes d'un mâle par rapport à une femelle.
En ce qui concerne les voyageurs moyens, effectivement ils peuvent apporter un plus. Mais un moment on ne peut pas tirer de tout.




Effectivement, un mâle peut produire beaucoup sans fatiguer.
En accouplant demi-frère par demi-soeur, que la base soit un mâle ou une femelle, on multiplie également les descendants à 50% de sang du sujet de base tout en ayant la possibilité de concentrer les "bons" gènes de cette base.
Je viens de regarder le classement des golden As LCB......les femelles gagnent tout. smiley sg3agyesg3ag.gif



E-mail Anti-spam


 
 
 
 
De l'importance d'une tête de lignée  [5 réponses]