ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Forum : Masquer l’entête
 
 
Accès rapide :

 

Effectuer une Recherche avancée OU


 
 
Alimentation du pigeon  [87 réponses]
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
LENGRONNE
starsj6.png
Posteur d'élite


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 780
Inscrit(e) le: 29 décembre 2011
Imprimer Permalien jeudi 6 mars 2014 à 16:48  

Je vous propose sur ce sujet d'y voir un peu plus clair sur l'alimentation du pigeon de sport en y recueillant vos observations et expériences dans le but de rationaliser et de proposer une méthode d'alimentation appuyée sur des faits scientifiques par extrapolation avec ce qui ce fait en diététique sportive animale et humaine.
Peu d'études, voire pas, ont été faites sur la structure musculaire de nos sportifs. Alors, que de la répartition même des différentes fibres musculaires (fibres lentes ou à contraction rapide), obtenues par la génétique et/ou par l'entrainement, dépendra le type de substrat énergétique à leur apporter ( graisses ou glucides).
Essayons de parler dans un premier temps des mélanges dits " sport"

"Une grande partie de la répartition des fibres est programmée génétiquement, cela explique en partie les performances hors du commun réalisées par certains athlètes. En complément d’un entraînement drastique, ils bénéficient d’avantages génétiques.

Toutefois, il est possible de modifier la répartition de ses fibres musculaires en favorisant un type d’entraînement et d'alimentation, plutôt qu’un autre. Le sprinter, par sa discipline et son entraînement aura beaucoup plus de fibre rapide que le marathonien."

Édité 1 fois - Dernière édition: 06/03/2014 à 16:52 Par LENGRONNE.


Site Alimentation du pigeon voyageur
cliquez ici http://colombier-lengronne-didier.webnode.fr/


E-mail Visiter son site


 
 
 
 
 
 
ColombierMaindrelle
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 1728
Inscrit(e) le: 14 avril 2010
Imprimer Permalien jeudi 6 mars 2014 à 17:21  

J'avais lu dans le livre de V. Vansalen ' Les champions révèlent" que les muscles des pigeons et ceux des humains n'étaient pas comparables. Une histoire de concentration en mitochondries au niveau cellulaire.

Peut on alors faire, à but d'étude, le parallèle entre sprinters, marathoniens ; pigeons vs humains ? A priori non.

L'objet de son article était de juger de l'utilité de l'entrainement pour les pigeons de Grand fond. Arguant que certains joueurs sortaient avec succès leurs femelles des volières pour les engager dans le Grand fond....

Il vient quand même facilement à l'esprit ( à tort ? ) que chez le pigeon l'entrainement est indispensable pour pas mal de choses et notamment le développement musculaire. Est ce une croyance sans réalité chez le pigeon voyageur?


Website AVIATOR'S LOFT ( nouveau design - NOUVEAU BLOG - Manuel de lâcher - Liens météo )
Site du Groupement du Calvados - Fédération 3e Région
Saison 2010 - Saison 2011 - Saison 2012 - Saison 2013 - Saison 2014 - Saison 2015
Saison 2016- Saison 2017
Gènes de performance : Articles sur le DRD4 et le LDHA



 
 
 
 
 
 
lili89
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 2954
Inscrit(e) le: 02 octobre 2008
Imprimer Permalien jeudi 6 mars 2014 à 17:32  

Le sujet est vaste et il faut beaucoup de connaissances pour s'y risquer. Je n'ai pas suffisament d'élément pour débattre en détail de l'alimentation et de l'entrainement.

Par contre j'ai le sentiment que tout sportif, quelqu'il soit (humain, pigeon, cheval, etc..), a un besoin IMPERATIF d'entrainement ainsi qu'une alimentation EQUILIBREE afin de performer au mieux et d'exister sur la durée.

Plus que le sujet de l'alimentation et c'est variante, je me demande plutôt qu'elle est l'importance de l'alimentation sur la performence vis à vis de l'entrainement, de la valeur pure, de la santé, de la position géographique, etc....


La colombophile est un loisir de "vieux" où l'enfantillage est une coutume....
http://briereloft.skyrock.com/
http://www.pigeonvoyageur44.fr/


E-mail Anti-spam


 
 
 
 
 
 
LENGRONNE
starsj6.png
Posteur d'élite


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 780
Inscrit(e) le: 29 décembre 2011
Imprimer Permalien jeudi 6 mars 2014 à 18:37  


Citation de ColombierMaindrelle :

J'avais lu dans le livre de V. Vansalen ' Les champions révèlent" que les muscles des pigeons et ceux des humains n'étaient pas comparables. Une histoire de concentration en mitochondries au niveau cellulaire.

Peut on alors faire, à but d'étude, le parallèle entre sprinters, marathoniens ; pigeons vs humains ? A priori non.

L'objet de son article était de juger de l'utilité de l'entrainement pour les pigeons de Grand fond. Arguant que certains joueurs sortaient avec succès leurs femelles des volières pour les engager dans le Grand fond....

Il vient quand même facilement à l'esprit ( à tort ? ) que chez le pigeon l'entrainement est indispensable pour pas mal de choses et notamment le développement musculaire. Est ce une croyance sans réalité chez le pigeon voyageur?



Effectivement les structures musculaires ne sont pas les mêmes, mais je n'ai pas trouvé d'écrits sérieux sur le sujet et me propose de faire quelques études histologiques sur ce sujet. Je vais chercher un labo compétant ( chose d'ailleur qui pourrait être un sujet intéressant pour la commission scientifique de la Fédé)
Cependant je pense que certains principes au niveau des substrats énergétiques sont sûrement comparables.
Beaucoup de choses sont dites en matière d'entrainement, mais rien de bien vérifié, pour moi il reste indispensable.


Réponse ci-dessus posté le jeudi 06 mars 2014 : 17:39




Citation de lili89 :
Le sujet est vaste et il faut beaucoup de connaissances pour s'y risquer. Je n'ai pas suffisament d'élément pour débattre en détail de l'alimentation et de l'entrainement.

Par contre j'ai le sentiment que tout sportif, quelqu'il soit (humain, pigeon, cheval, etc..), a un besoin IMPERATIF d'entrainement ainsi qu'une alimentation EQUILIBREE afin de performer au mieux et d'exister sur la durée.

Plus que le sujet de l'alimentation et c'est variante, je me demande plutôt qu'elle est l'importance de l'alimentation sur la performence vis à vis de l'entrainement, de la valeur pure, de la santé, de la position géographique, etc....


L'alimentation me semble être à la base de la performance quand bien sûr le sujet est génétiquement compétant, avant les suppléments et produits divers, une bonne base alimentaire.


Site Alimentation du pigeon voyageur
cliquez ici http://colombier-lengronne-didier.webnode.fr/


E-mail Anti-spam Visiter son site


 
 
 
 
 
 
MingeuDeMaguette
starsj5.png
Maître
Chef du projet "calendrier"


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 325
Inscrit(e) le: 29 août 2008
Imprimer Permalien vendredi 7 mars 2014 à 09:25  

effectivement un sujet complexe où il y a beaucoup mais on sait pas grand chose....
j'ai lu également l'article de Victor V. . La concentration en mitochondries est différentes certes mais le processus de contraction des fibres doit être le m^me vu que l'on parle de cellules animales?
La question est également de savoir si les deux processus aérobie et anaérobie existent et si oui, à quel moment (combien de temps de vol) le pigeon passe de l'un à l'autre (chez l'homme, en footing, c'est généralement entre la 10eme et la 20eme minute d'effort).
Autre point : les sportifs ont pour but dans leur entrainement d'augmenter leur VMA. Par ce faire, ils pratiquent de la course "en fractionné". Il est cependant impossible de faire çà avec nos pigeons. Nos entrainements sont-ils valable?
En tout cas je rejoins Martial en disant que l'entrainement augmente le volume musculaire de nos athlètes. Il serait d'ailleur intéressant de trouver un moyen de quantifier l'augmentation de ce volume musculaire pour un pigeon avant sa première saison de jeu et après

Réponse ci-dessus posté le vendredi 07 mars 2014 : 09:20





Citation de LENGRONNE :
L'alimentation me semble être à la base de la performance quand bien sûr le sujet est génétiquement compétant, avant les suppléments et produits divers, une bonne base alimentaire.


Tout a fait d'accord également. Il parait évident qu'un pigeon suralimenté aura du mal à réaliser des performances car en surpoids. Inversement, un pigeon sous alimenté n'aura pas assez d'énergie
C'est toujours le juste milieu à trouver
Quand aux compléments, pour moi, ils servent à équilibrer les différences balances en minéraux de l'organisme, balance indispensable à la performance



MSN


 
 
 
 
 
 
lili89
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 2954
Inscrit(e) le: 02 octobre 2008
Imprimer Permalien vendredi 7 mars 2014 à 09:43  

MingeuDeMinguette vous soulevez un point important en parlant de VMA et fractionné !

Un sportif quelqu'il soit établit une prépa qui doit l'ammener à être au top le moment venu, quite parfaois à encaisser une surcharge de travail et s'engager sur des courses tout en sachant qu'elle représente un entrainement de plus et qu'il ne peut avoir aucune ambition.

Le problème pour nous est que si nous poussons un peu dans le rouge nos pigeons, il y a un vrai risque de perte ou du moins que celui ci ne s'en remette pas


La colombophile est un loisir de "vieux" où l'enfantillage est une coutume....
http://briereloft.skyrock.com/
http://www.pigeonvoyageur44.fr/


E-mail Anti-spam


 
 
 
 
 
 
LENGRONNE
starsj6.png
Posteur d'élite


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 780
Inscrit(e) le: 29 décembre 2011
Imprimer Permalien vendredi 7 mars 2014 à 09:49  

"il existe chez les oiseaux trois principaux
types de fibres : les fibres βr lentes oxydatives,
les fibres αr rapides oxydo-glycolytiques,
et les fibres αw rapides glycolytiques.
Elles sont mono-innervées et phasiques et
correspondent respectivement aux fibres I,
IIA et IIB décrites par Barnard et al (1982).
Les travaux de ce dernier ont permis de
mettre en évidence une classe additionnelle
spécifique aux muscles aviaires, les fibres
lentes toniques multi-innervées de types IIIa
et IIIb. Ces fibres de type III n'existent pas au
sein des muscles squelettiques des mammifères..."
Ainsi, les muscles pectoraux
des espèces domestiques ou non
migratrices contiennent exclusivement des
fibres rapides glycolytiques, capables de fournir
une série de contractions rapides et puissantes
mais pendant un temps bref. A
l'opposé, les muscles pectoraux des oiseaux
migrateurs contiennent des fibres rapides
oxydo-glycolytiques caractérisées par des
propriétés contractiles légèrement moins
rapides et puissantes mais, en raison de leur
meilleure résistance à la fatigue, à même de
soutenir un effort plus prolongé. On trouve
dans la partie profonde des muscles pectoraux
des fibres lentes capables de maintenir
une activité contractile modérée mais prolongée
dans le temps.

Extrait d'un article de L'INRA Typologie et
ontogenèse
des fibres
musculaires chez
les oiseaux

Les substrats energetiques employés par ces fibres musculaires sont différents.

Édité 1 fois - Dernière édition: 07/03/2014 à 10:19 Par LENGRONNE.


Site Alimentation du pigeon voyageur
cliquez ici http://colombier-lengronne-didier.webnode.fr/


E-mail Anti-spam Visiter son site


 
 
 
 
 
 
mistral
starsj5.png
Maître


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 376
Inscrit(e) le: 29 août 2008
Imprimer Permalien vendredi 7 mars 2014 à 12:10  

J ai un super livre a la maison, je vais jeter un ½il ce soir.
J y ai lu que pour les concours de fond ou l effort est long, les pigeons utilisaient la graisse comme carburant.d ou une grande différence entre l homme et le pigeon
D ou l obligation d avoir des pigeons en super état pour ces epreuves


quand t on le veut on peut


Visiter son site


 
 
 
 
 
 
LENGRONNE
starsj6.png
Posteur d'élite


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 780
Inscrit(e) le: 29 décembre 2011
Imprimer Permalien vendredi 7 mars 2014 à 14:18  


Citation de mistral :

J ai un super livre a la maison, je vais jeter un ½il ce soir.
J y ai lu que pour les concours de fond ou l effort est long, les pigeons utilisaient la graisse comme carburant.d ou une grande différence entre l homme et le pigeon[b][/b]
D ou l obligation d avoir des pigeons en super état pour ces epreuves



A priori il n'y a pas de différence entre l'homme et le pigeon tous deux vont utiliser les graisses intramusculaire pour les épreuves de fond ( ce doit être vrai également pour les épreuves de vitesse dans une moindre mesure°. Le but et d'amener le pigeon avec une réplétion musculaire en glycogène et surtout en graisses intramusculaires, car la graisse de surface sera mal utilisée et handicapante car génératrice de surpoid.Il a été montré chez le l'homme et chez le cheval que l'alimentation lipidique" graisses de qualité" permettait de mettre en oeuvre plus rapidement l'utilisation des graisses qui ne produisent pas de toxines et d'economiser aussi le glycogène ce qui retarde la production d'acide lactique responsable de "crampes"
Le risque dans les concours de fond est l'utilisationdes proteines corporelles pour produire de l'énergie quand le pigeon n'a plus de réserve, car son muscle va "fondre" et ce phénomène est irréversible (fibose du muscle)
Cependant le pigeon n'a pas la volonté comme en humaine de battre un record aussi il régulera son effort en fonction de son métabolisme, il ne se mettra pas dans le "rouge" plutot à l'optimum, alors que les sportifs humains iront au maximum.
Édité 3 fois - Dernière édition: 07/03/2014 à 14:55 Par LENGRONNE.


Site Alimentation du pigeon voyageur
cliquez ici http://colombier-lengronne-didier.webnode.fr/


E-mail Anti-spam Visiter son site


 
 
 
 
 
 
hannibal
starsj4.png
Posteur fou


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 194
Inscrit(e) le: 21 octobre 2012
Imprimer Permalien vendredi 7 mars 2014 à 15:33  


Citation de LENGRONNE :


Citation de mistral :
J ai un super livre a la maison, je vais jeter un ½il ce soir.
J y ai lu que pour les concours de fond ou l effort est long, les pigeons utilisaient la graisse comme carburant.d ou une grande différence entre l homme et le pigeon[b][/b]
D ou l obligation d avoir des pigeons en super état pour ces epreuves



A priori il n'y a pas de différence entre l'homme et le pigeon tous deux vont utiliser les graisses intramusculaire pour les épreuves de fond ( ce doit être vrai également pour les épreuves de vitesse dans une moindre mesure°. Le but et d'amener le pigeon avec une réplétion musculaire en glycogène et surtout en graisses intramusculaires, car la graisse de surface sera mal utilisée et handicapante car génératrice de surpoid.Il a été montré chez le l'homme et chez le cheval que l'alimentation lipidique" graisses de qualité" permettait de mettre en oeuvre plus rapidement l'utilisation des graisses qui ne produisent pas de toxines et d'economiser aussi le glycogène ce qui retarde la production d'acide lactique responsable de "crampes"
Le risque dans les concours de fond est l'utilisationdes proteines corporelles pour produire de l'énergie quand le pigeon n'a plus de réserve, car son muscle va "fondre" et ce phénomène est irréversible (fibose du muscle)
Cependant le pigeon n'a pas la volonté comme en humaine de battre un record aussi il régulera son effort en fonction de son métabolisme, il ne se mettra pas dans le "rouge" plutot à l'optimum, alors que les sportifs humains iront au maximum.



Comment amener les pigeons de fond à avoir de la graisse intramusculaire sans avoir de la graisse de surface? Y a-t-il des compléments alimentaires spécifiques dans le milieu équin et colombophile??




 
 
 
 
 
 
LENGRONNE
starsj6.png
Posteur d'élite


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 780
Inscrit(e) le: 29 décembre 2011
Imprimer Permalien vendredi 7 mars 2014 à 15:48  


Citation de hannibal :


Citation de LENGRONNE :

Citation de mistral :
J ai un super livre a la maison, je vais jeter un ½il ce soir.
J y ai lu que pour les concours de fond ou l effort est long, les pigeons utilisaient la graisse comme carburant.d ou une grande différence entre l homme et le pigeon[b][/b]
D ou l obligation d avoir des pigeons en super état pour ces epreuves



A priori il n'y a pas de différence entre l'homme et le pigeon tous deux vont utiliser les graisses intramusculaire pour les épreuves de fond ( ce doit être vrai également pour les épreuves de vitesse dans une moindre mesure°. Le but et d'amener le pigeon avec une réplétion musculaire en glycogène et surtout en graisses intramusculaires, car la graisse de surface sera mal utilisée et handicapante car génératrice de surpoid.Il a été montré chez le l'homme et chez le cheval que l'alimentation lipidique" graisses de qualité" permettait de mettre en oeuvre plus rapidement l'utilisation des graisses qui ne produisent pas de toxines et d'economiser aussi le glycogène ce qui retarde la production d'acide lactique responsable de "crampes"
Le risque dans les concours de fond est l'utilisationdes proteines corporelles pour produire de l'énergie quand le pigeon n'a plus de réserve, car son muscle va "fondre" et ce phénomène est irréversible (fibose du muscle)
Cependant le pigeon n'a pas la volonté comme en humaine de battre un record aussi il régulera son effort en fonction de son métabolisme, il ne se mettra pas dans le "rouge" plutot à l'optimum, alors que les sportifs humains iront au maximum.



Comment amener les pigeons de fond à avoir de la graisse intramusculaire sans avoir de la graisse de surface? Y a-t-il des compléments alimentaires spécifiques dans le milieu équin et colombophile??



La graisse intramusculaire se dépose avant la graisse de surface, il faut donc bien observer ses pigeons et régler l'alimentation en fonction ( les volées quotidiennes sont également bénéfiques), Les compléments alimentaires sont essentiellement les vitamines, les minéraux, les oligo-élements et parfois les acides aminés qui sont effectivement communs aux chevaux et aux pigeons, mais si les besoins sont bien quantifiés chez les chevaux, ils ne le sont pas ou peu chez les pigeons.
Édité 2 fois - Dernière édition: 07/03/2014 à 15:50 Par LENGRONNE.


Site Alimentation du pigeon voyageur
cliquez ici http://colombier-lengronne-didier.webnode.fr/


E-mail Anti-spam Visiter son site


 
 
 
 
Alimentation du pigeon  [87 réponses]