ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
Forum : Masquer l’entête
 
 
Accès rapide :

 

Effectuer une Recherche avancée OU


 
 
Adénovirose-Circovirose  [47 réponses]
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
m33
starsj5.png
Maître


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 383
Inscrit(e) le: 08 février 2012
Imprimer Permalien mercredi 29 août 2012 à 21:24  

Les pigeons porteurs du virus ( circovirus ou adénovirus) perdent-t-ils le sens de l'orientation ,même après rétablissement ?
Ces virus peuvent-ils être une possibilité pour expliquer les pertes en concours qui sont de l'ordre de 20% actuellement.
Dans les symptômes de cette maladie personne ne parle des pertes d'équilibre dans certain cas:suis-je une excèption ? J'ai constaté des sujets qui tournent sur eux mêmes.
Merci de me faire part de vos points de vue et observations. m33


m33


Visiter son site


 
 
 
 
 
 
lsb50370
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 6273
Inscrit(e) le: 14 octobre 2009
Imprimer Permalien mercredi 29 août 2012 à 23:30  


Citation de m33 :

.. Dans les symptômes de cette maladie personne ne parle des pertes d'équilibre dans certain cas : suis-je une exception ? J'ai constaté des sujets qui tournent sur eux mêmes.

Tu es sur que ce n'est pas la P.M.V. ?


Ce qui est grave ce n'est pas tellement d'être con, c'est de le rester !

http://pigeon-voyageur-manche.webnode.fr/


E-mail Anti-spam


 
 
 
 
 
 
loic59
starsj5.png
Maître


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 293
Inscrit(e) le: 15 septembre 2008
Imprimer Permalien jeudi 30 août 2012 à 16:44  

Moi je penserai plus pour le torticolis car j ai eu un pigeon il y a deux ans qui avait les même symptôme
Je l ai soigner mais sa prend du temps j avais donner une injection de vaccin contre la parathyphose et tous avait disparu par la suite

Surtout ne les joue plus pour l'instant ta saison et follet ne les faite pas voler le temps que tu ne. Lit pas d amélioration


loic
mon blog (http://lloic59.skyblog.com/)


Visiter son site MSN


 
 
 
 
 
 
duivenfred
starsj5.png
Maître


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 276
Inscrit(e) le: 24 septembre 2008
Imprimer Permalien jeudi 30 août 2012 à 18:53  

il a attrappé le torticolis à force de regarder les rapaces ?




 
 
 
 
 
 
sierra gt
starsj6.png
Posteur d'élite


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 610
Inscrit(e) le: 18 juillet 2010
Imprimer Permalien jeudi 30 août 2012 à 19:04  

tu es allé voir un véto ??
sinon comment sais tu que c'est la circo ou l'adéno
tes pigeons sont vaccinés contre la paramyxovirose (PMV)??




 
 
 
 
 
 
jb le choletais
starsj4.png
Posteur fou


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 181
Inscrit(e) le: 05 juillet 2011
Imprimer Permalien vendredi 31 août 2012 à 17:01  

j'ai exactement eu les memes symptomes sur mes pigeons atteint de circo , la tete tourne dans tous lkes sens,perte d'equilibre les pigeons restaient au sol incapable de se poser sur un perchoir




 
 
 
 
 
 
lsb50370
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 6273
Inscrit(e) le: 14 octobre 2009
Imprimer Permalien vendredi 31 août 2012 à 19:04  

Y a t'il actuellement un moyen (analyse de sang, par exemple) pour savoir avec précisions s'il s'agit de la P.M.V. ou la circo ? Les troubles neurologiques semblent les mêmes dans les 2 cas !


Ce qui est grave ce n'est pas tellement d'être con, c'est de le rester !

http://pigeon-voyageur-manche.webnode.fr/


E-mail Anti-spam


 
 
 
 
 
 
sebthul
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 1522
Inscrit(e) le: 09 janvier 2011
Imprimer Permalien vendredi 31 août 2012 à 19:21  

Ouai ben ajouter à l apprentis sorcier vous allez vous retrouver avec la Dsv et un périmètre de x kilomètres de quarantaine et tout vos pig tués et les gars autours vont vous remercier



E-mail Anti-spam


 
 
 
 
 
 
m33
starsj5.png
Maître


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 383
Inscrit(e) le: 08 février 2012
Imprimer Permalien vendredi 31 août 2012 à 21:11  

Merci à" jb le choletais "qui est le seul à avoir répondu à mes interrogations.Il est toujours positif de pouvoir bénéficier de l'expérience des autres et je ne vois pas l'intérêt de répondre à une question par une autre question .Il est toujours possible de demander des précisions si cela fait progresser la discussion.La" circovirose"n'est pas une maladie" honteuse" mais elles est très inquiétante car à ce jour je n'ai pas trouvé une personne capable d'indiquer une médication efficace....Quant'aux conséquences pour l'avenir, il semblerait que l'on préfère se voiler la face. Et pourtant cette maladie existe en Belgique depuis 1998;alors avec les échanges les conséquences suivent...mais pas la science" Vétérinaire"semble-t-il? Merci pour les expériences mises à la disposition de tous.


m33


Visiter son site


 
 
 
 
 
 
lsb50370
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 6273
Inscrit(e) le: 14 octobre 2009
Imprimer Permalien vendredi 31 août 2012 à 23:13  


Citation de m33 :

Les pigeons porteurs du virus ( circovirus ou adénovirus) perdent-t-ils le sens de l'orientation ,même après rétablissement ?
Ces virus peuvent-ils être une possibilité pour expliquer les pertes en concours qui sont de l'ordre de 20% actuellement.
Dans les symptômes de cette maladie personne ne parle des pertes d'équilibre dans certain cas: suis-je une excèption ? J'ai constaté des sujets qui tournent sur eux mêmes.

Tant mieux si tu as eu une réponse de Jb le Choletais, c'est le but de ce forum. Mais il a du te répondre par M.P., car il a simplement dit " j'ai exactement eu les memes symptomes sur mes pigeons atteint de circo, la tête tourne dans tous les sens, perte d'equilibre les pigeons restaient au sol incapable de se poser sur un perchoir
Il n'a pas répondu en ce qui concerne la perte du sens de l'orientation. Apparemment, c'est le cas puisqu'ils n'étaient même pas capables de se percher...
Je n'ai pas dit que la circovirose était une maladie" honteuse".
Mes pigeons l'ont eue également. Devant les troubles neurologiques semblables à la P.M.V. (notamment sorte de torticolis), j'ai préféré les tuer. J'en ai gardé un, auquel je tenais : je l'ai isolé, puis nourri pendant 2 mois (il ne pouvait pas manger seul), car j'avais lu que ces troubles finissaient par s'atténuer. Ce qui n'était pas le cas : aucune amélioration !
Puis conscient que j'avais une sorte de "bombe à retardement", j'ai fini par le tuer également !

Sans doute vaut il mieux "faire le mort", et surtout ne pas en parler comme le préconise Sebthul....
Édité 1 fois - Dernière édition: 01/09/2012 à 00:14 Par lsb50370.


Ce qui est grave ce n'est pas tellement d'être con, c'est de le rester !

http://pigeon-voyageur-manche.webnode.fr/


E-mail Anti-spam


 
 
 
 
 
 
dreamer
starsj7.png
Posteur Supreme


avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 1363
Inscrit(e) le: 31 août 2008
Imprimer Permalien samedi 1er septembre 2012 à 07:46  


Citation de m33 :

Merci à" jb le choletais "qui est le seul à avoir répondu à mes interrogations.Il est toujours positif de pouvoir bénéficier de l'expérience des autres et je ne vois pas l'intérêt de répondre à une question par une autre question .Il est toujours possible de demander des précisions si cela fait progresser la discussion.La" circovirose"n'est pas une maladie" honteuse" mais elles est très inquiétante car à ce jour je n'ai pas trouvé une personne capable d'indiquer une médication efficace....Quant'aux conséquences pour l'avenir, il semblerait que l'on préfère se voiler la face. Et pourtant cette maladie existe en Belgique depuis 1998;alors avec les échanges les conséquences suivent...mais pas la science" Vétérinaire"semble-t-il? Merci pour les expériences mises à la disposition de tous.



si vous avez lu l'article du professeur "Chatel" sur la circovirose effectivement ce n'est pas une maladie honteuse quand elle n'est pas accompagnée comme dans la majorité des cas par la pmv ce qui semble votre cas .
la circovirose seule ne provoque pas de mouvement nerveux ,donc si j'étais à votre place je supprimerais immédiatement l'intégralité des agités , destruction avec de la chaux vive , isolement du pigeonnier contre les oiseaux , pédilub etc....et ... silence radio car c'est du pain blanc pour les dsv et les journalistes

Dreamer

JP DUCHATEL

Introduction
Les circovirus sont les plus petits virus à ADN qui ont été identifiés et caractérisés chez les mammifères et les oiseaux.
Les particules virales non enveloppées sont de symétrie icosaédrique et de taille comprise entre 17 et 23 nm.
Le génome viral est particulier et est constitué d’un ADN monocaténaire circulaire. Il comporte une structure caractéristique en forme de loupe.
Un virus à ADN circulaire monocaténaire, le virus porcin de type 1 (PCV1) a été mis pour la première fois en évidence dans les cellules rénales de porc.
Les circovirus font partie de la famille des Circoviridae et cette famille comporte 2 genres : les circovirus et les gyrovirus.
Le virus de la maladie du bec et des plumes des psittacidés (BFDV) ainsi que les circovirus 1 et 2 du porc (PCV1 et PCV2) font partie du genre circovirus.
Par contre, le virus de l’anémie infectieuse du poulet (CAV) est classé dans le genre gyrovirus.
CAV et BFDV sont respectivement responsables d’une anémie grave chez le poulet et de la maladie des plumes et du bec des psittacidés.
C’est aux Etats-Unis en 1993 que fut décrite la première mise en évidence de particules ressemblant à des circovirus chez le pigeon.
Depuis des infections similaires chez le pigeon ont été signalées au Canada, en Australie, dans de nombreux pays européens et l’infection est devenue mondiale.

Les infections par les circovirus sont fréquentes chez les oiseaux
A partir de 1990, des études ont mis en évidence que d’autres espèces d’oiseaux étaient infectés par des particules virales ressemblant à des circovirus.

Parmi celles-ci nous pouvons citer : la tourterelle, le canari, le diamant de gould, l’oie, la mouette rieuse, le pigeon, l’autruche, le canard mulard et le pigeon.
Les oiseaux infectés présentent de l’abattement, de l’amaigrissement et sont prédisposés à de nombreuses infections secondaires.
D’un point de vue histologique, on observe souvent des inclusions intracytoplasmiques à l’intérieur des macrophages et de la déplétion des lymphocytes T et B. Ces observations suggèrent qu’une immunosuppression caractérise les infections à circovirus.
L’ADN du circovirus du pigeon a été séquencé et cela a permis de classer ce virus comme un membre du genre circovirus famille des Circoviridae, sous la dénomination circovirus du pigeon (PiCV).

La circovirose du pigeon
La première mise en évidence du circovirus du pigeon date de 1993 en Amérique du Nord.
Une étude rétrospective de tissus de pigeons autopsiés a mis en évidence la présence de corps d’inclusion de circovirus dès 1986 au Canada et dès 1989 en Australie.
La présence de circovirus est facilement confirmée par l’examen en microscopie électronique des corps d’inclusion qui sont mis en évidence dans les macrophages de la bourse de Fabricius, de la rate, du tissu lymphoïde de l’intestin et des bronches et dans les cellules épithéliales de la bourse de Fabricius.
Les corps d’inclusion sont composés de particules virales non enveloppées assemblées en structures paracristallines de grande taille (entre 1 et 2 µm de diamètre). Les virus de symétrie icosaédrique ont une taille de 14 à 19 nm.
Le PiCV peut infecter les pigeonneaux dès l’âge d’un jour mais l’infection connue par les colombophiles sous le nom de « maladie des jeunes » se produit principalement entre 1 et 4 mois d’âge.
Elle est caractérisée par toute une série de signes cliniques comme de l’abattement, de la léthargie, de l’amaigrissement, de la détresse respiratoire, de la diarrhée et de mauvaises performances sportives, engendrant des pertes importantes.
Parfois des symptômes de diarrhée sont accompagnés de vomissements, et la confusion avec l’adénovirose (rare) est fréquente.
La sévérité des signes cliniques, le taux de mortalité et des lésions dépendent de la pathogénicité des infections secondaires et de l’âge auquel le pigeon a contracté l’infection. Mais parfois l’infection virale par les circovirus est associée à une forte morbidité et une faible mortalité. Dans d’autres cas les pigeons vont présenter peu ou pas de symptômes.
Cependant dans la majorité des cas la circovirose du pigeon est compliquée par de nombreuses infections virales, bactériennes et parasitaires.

Diagnostic
A l’autopsie, on observe principalement une atrophie de la bourse de Fabricius mais également des thymus. Cependant la plupart des lésions visibles sont dues aux infections secondaires.
Des lésions histologiques variables sont observées au niveau de la bourse de Fabricius. Elles peuvent aller jusqu’à la plus sévère des nécroses du tissu lymphoïde. Des corps d’inclusion globulaires basophiles, intracytoplasmiques sont observées dans les macrophages et dans les cellules épithéliales de la bourse de Fabricius. Des lésions sont observées plus rarement au niveau de la rate.
Au niveau du tissu lymphoïde du système digestif et du système respiratoire des changements allant de l’hyperplasie à la nécrose sont observés.
Tous les essais d’isolement du PiCV sur ½ufs de poule embryonnés ou sur différents types de cellules ont échoué.
Le diagnostic a longtemps été basé sur l’observation des lésions à l’autopsie, des lésions histologiques et confirmé par la microscopie électronique.

Par la suite la séquence des nucléotides de l’ADN viral a été décrypté et cela a permis le développement de nouveaux tests de diagnostic comme la technique d’hybridation « in situ » (HIS) à l’aide d’amorces spécifiques.
En collaboration avec le Dr Todd (Queen’s University of Belfast) un test basé sur la réaction de polymérase en chaîne (PCR) très sensible a été développé.
Deux amorces sont utilisées pour amplifier un fragment de 330 pb et ce test est très sensible et universel. La méthode a été testée avec succès sur les isolements viraux provenant de plusieurs pays.

Les premiers résultats
La bourse de Fabricius de 107 pigeons malades a été examinée au moyen de la technique HIS et les circovirus ont été mis en évidence dans 89 % des échantillons. Une détection classique histologique avait donné 66 % de positifs. Grâce à cette technique, des cellules infectées ont également été mises en évidence dans le foie, les reins, la trachée, les poumons, le cerveau, le jabot, les intestins, la rate, la moelle osseuse et le c½ur chez certains jeunes pigeons.
Des quantités importantes d’ADN viral sont présentes dans certains tissus, notamment le foie.
Dans une deuxième étude sur 41 échantillons de bourses de Fabricius testés, 36 se révélèrent positifs par analyse PCR. La comparaison des résultats obtenus par les différentes techniques (histologie, HIS, PCR) donne :
41 % positifs par histologie
75 % positifs par HIS
84 % positifs par PCR
La présence d’ADN spécifique du PiCV dans d’autres tissus de jeunes pigeons a été investiguée avec les résultats suivants :
- Bourse de Fabricius : 76 %
- thymus : 70 %
- rate : 56 %
- foie : 53 %
- reins et cerveau : 41 %

Dans une troisième étude, l’analyse par PCR de la bourse de Fabricius de 8 jeunes pigeons présentant tous les signes extérieurs de bonne santé a été réalisée et l’ADN viral a été détecté dans 6 des 8 échantillons et cela malgré l’absence de lésions histologiques.

En conclusion, ces premières études ont confirmé l’importance des infections par le PiCV et démontré que cette virose est sous-évaluée par l’examen histologique classique et souvent confondue avec l’adénovirose qui est actuellement très rare.
La bonne santé apparente ne prouve pas l’absence de virus et la détection d’ADN viral n’est pas toujours associée à des symptômes.




La maladie des jeunes pigeons
Vingt pigeons âgés de 2 à 3 mois présentant du vomissement et de la diarrhée ont été autopsiés. Sur les 20 jeunes pigeons autopsiés, 18 présentaient des lésions graves de circovirose au niveau de la bourse de Fabricius.
Les résultats obtenus ont donc bien établi que la « maladie des jeunes pigeons » trouve sa cause première dans l’infection par le PiCV.

Les résultats des dernières études
La détection de l’ADN viral par le PCR a été adaptée à l’analyse d’écouvillons cloacaux. Cette technique de prélèvement par écouvillonnage du cloaque est simple à effectuer et permet un envoi facile des échantillons au laboratoire d’analyse.
Première observation : une vingtaine de jeunes pigeons voyageurs ont été examinés.
Le sang a été prélevé et un écouvillon du cloaque réalisé. Après autopsie, la Bourse de Fabricius a été prélevée pour examen.
En deuxième observation, des prélèvements séquentiels (cloaque et sang) de jeunes pigeons maintenus expérimentalement en observation depuis l’âge de 3 semaines jusqu’à l’âge de 7 mois ont été réalisés.
Les résultats de ces observations ont confirmé que l’écouvillonnage du cloaque constitue une méthode simple et efficace pour une détection du PiCV et que la détection virale pour le cloaque est maximale à l’âge de 2 mois ; le virus est détectable dans le sang entre 2 et 4 mois pour 50 % des sujets observés.
Après l’âge de 7 mois, l’ADN viral n’est généralement plus détectable au niveau du cloaque.

Transmission de l’infection
Le PiCV est détecté dans les matières fécales de pigeons malades, donc la transmission de l’infection se fait par l’ingestion ou l’inhalation de poussières contaminées.
Deux études importantes dont les résultats sont en cours de publication ont permis de montrer que la transmission du virus se faisait également par les ½ufs embryonnés.
Par contre, il n’a pas été possible de mettre en évidence de l’ADN viral dans le lait de jabot.
Deux études sur les vieux pigeons ont permis de détecter du virus dans les différents organes, confirmant que les vieux pigeons sont susceptibles de rester porteurs du virus, confirmant la transmission par les ½ufs embryonnés.
Ces résultats importants sont en cours de publication.

Moyens de lutte
Il est important de savoir que le circovirus résiste à 70° C pendant 15 minutes et au traitement par les acides (pH3).
Les circovirus sont extrêmement résistants aux facteurs environnementaux. Ces caractéristiques facilitent la propagation de la maladie et rendent difficile son contrôle.

Vaccination des pigeons infectés
Comme la circovirose affecte l’immunité humorale et l’immunité cellulaire, la vaccination de jeunes pigeons infectés procure un faible taux d’anticorps et une mauvaise protection est observée.

Traitement
Il n’y a pas de traitement spécifique de la circovirose. Comme la plupart des pigeonneaux infectés par le PiCV souffrent d’infections compliquantes, il faut donc diagnostiquer et traiter ces infections secondaires quand c’est possible.

Prévention
Actuellement, on ne connaît pas les facteurs déclenchants de la maladie, il faut donc prendre un certain nombre de précautions :
- pour les jeunes, d’une manière générale, éviter le stress :
• ne pas sevrer trop tôt
• pratiquer une forte sélection
• placer les jeunes dans un milieu désinfecté (vide sanitaire)
• éviter la surpopulation
• retarder les entraînements « société »
• éviter les carences alimentaires, importance des vitamines et des produits complémentaires
• traiter les maladies graves comme la paratyphose et l’infection à streptococcus bovis
• sevrer les 2ème et 3ème tournées dans des pigeonniers distants

- pour les vieux :
• éliminer les couples reproducteurs à problèmes
• accoupler des pigeons en bonne santé et en bonne condition
• faire tester les vieux par PCR et éliminer les positifs
• éliminer les voyageurs de moindre qualité et dont la santé laisse à désirer.
Des études sont actuellement en cours sur les effets de la vaccination des jeunes pigeons sur le développement de la circovirose.
Un test de dosage des anticorps devrait être développé.
Une fois cette dernière étape réalisée, tous les outils nécessaires à la production et l’expérimentation d’un vaccin auront été mis en place.

Note concernant la désinfection du pigeonnier
Une étude in vitro a été réalisée afin d’évaluer l’efficacité de 11 désinfectants commerciaux contre le circovirus du porc (PCV2).
Cette étude a montré une réduction significative du titre viral pour certains désinfectants dont le Virkon® S, l’hydroxide de sodium, Roccal®D plus, Chlorox® Bleach, 1-Stroke Environ®, Fulsan® et Tek-Trol®.
Par contre, le Nolvason®, DC&R®, Weladol® ou l’éthanol se sont révélés inefficaces.
L’utilisation de désinfectants doit être considérée comme un moyen stratégique de prévention de la transmission du virus. (Royer L.R. et al., J. Swine Health Prod. 2001 ;9(6) :281-284).



E-mail Anti-spam


 
 
 
 
Adénovirose-Circovirose  [47 réponses]