ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > À Fareins, Jean Boyer a fait des pigeons sa passion

 
 
À Fareins, Jean Boyer a fait des pigeons sa passion
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le mardi 12 novembre 2019 à 07:55
Vu 83 fois.
Note : etoiles3 (1 vote)

À Fareins, Jean Boyer a fait des pigeons sa passion



mini_191112075207198394.jpg Jean Boyer, académicien de la Dombes est un passionné de son village, Fareins. Il vient de rééditer son livre : Le Fareins de ma grand-mère. Mais il se trouve qu’il est aussi un passionné des pigeons. Il en possède une quinzaine dans son jardin. Ce vendredi 8 novembre, il est venu à l’espace Carjat parler de sa passion des pigeons devant une trentaine de personnes, dont le Chancelier de l’académie de la Dombes Gilbert Couturier et certains sont venus de Lyon. L’Histoire retiendra que le pigeon est adulé par les Égyptiens, les Grecs il y a plus de trois mille ans. Jean Boyer captive l’assistance par des récits, des anecdotes, des faits comme lors du passage en 1789 de l’abolition des privilèges des seigneurs (article 2 du cahier des Doléances 1789) d’avoir seuls des pigeonniers, que le seul animal à avoir été décoré de la Légion d’honneur, toutes guerres confondues, est un pigeon pendant la Première Guerre mondiale. Il y a cinquante ans, Fareins comptait 20 pigeonniers Avec ses maquettes il explique les fonctionnalités des pigeonniers dont Fareins en comptait près de 20 il y a encore cinquante ans. « Si le Roi et sa cour en mangeaient jusqu’à 400 par jour, au XIXe/XXe siècle, le pigeon était utilisé comme messager et les fientes comme un excellent engrais pour la culture (le chanvre), le jardinage, quand elles étaient mélangées à de l’eau mais aussi en cuisine », explique Jean Boyer. Et puis, il termine avec des courses de pigeons voyageurs. Des compétitions longues distances sont organisées, parmi lesquelles une course avec un départ à Barcelone. Par exemple, pour rallier Fareins, un des pigeons a mis 15 heures démontrant sa faculté à retrouver le chemin de sa “maison”. Aujourd’hui, plus aucun des 14 pigeonniers farinois, n’accueille ces oiseaux. Certains sont en ruine alors que d’autres ont été réaménagés en résidence.