ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > Paris : les pigeons du Pas-de-Calais à tire-d'aile vers le Louvre

 
 
Paris : les pigeons du Pas-de-Calais à tire-d'aile vers le Louvre
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le dimanche 15 septembre 2019 à 09:07
Vu 48 fois.

Paris : les pigeons du Pas-de-Calais à tire-d'aile vers le Louvre



Le Parisien
mini_190915090143370540.jpg


Le concours à idée des habitants du groupement du bassin minier autour du Louvre Lens a pondu une initiative originale : organiser une course de pigeons voyageurs entre Paris et Lens. Plus exactement : entre l'Arc de triomphe du Carrousel du Louvre (départ à 10 heures) et le colombier du Louvre-Lens … Pour une arrivée prévue 180 km plus loin et 2 heures plus tard…


Un lien entre les deux Louvre


« Cet envol symbolique a été imaginé par les habitants pour marquer le lien qui existe entre les deux musées. C'est aussi le symbole de l'envol de ce territoire qui se tourne vers le futur tout en conservant ses traditions » soulignent les responsables d'Euralens, créé en 2009 pour préparer l'implantation de cette annexe du musée Parisien en 2012.


Et la tradition des colombophiles est bien ancrée dans le Pas-de-Calais. « Nous comptons 1 200 passionnés rien que dans le groupement de Béthune et plus de 5 000 dans tout le département », affirme Roger Tantart, 57 ans, l'un des responsables de cette fédération d'amateurs. « On dit ici, que pour les mineurs, le pigeon voyageur est le cheval du pauvre »…


Une opération délicate


Et tout le monde s'y est mis. Il y a six mois, après un concours organisé localement, les meilleurs éleveurs ont été invités à donner un de leur petit. 200 jeunes pigeonneaux ont été placés en sevrage dans le pigeonnier installé pour un an à deux pas du Louvre local. Trois jeunes ont été embauchés en service civique pour s'occuper de ce petit troupeau. Chacun des pigeons a été bagué afin d'avoir constamment leur matricule et le nom de leur propriétaire au bout de la patte.


Une fois leur premier envol, des concours et des entraînements ont été organisés. « Lors du dernier envol, ils ont parcouru 150 km. Deux heures après, en 10 minutes, 50 % des pigeons étaient arrivés sur leur base. Les autres sont arrivés dans l'heure suivante », raconte Ludovic Tantard, 25 ans, chargé du lâcher de ce dimanche à Paris.

L'opération sera plus délicate. « A Paris, avec les immeubles, les 120 pigeons sélectionnés vont devoir tout de suite partir en hauteur. Il y aura aussi le stress dû à la foule… » raconte Ludovic, militaire de métier. La météo jouera aussi son rôle : si le vend est au sud, les oiseaux devraient faire du 120 km/h. En cas de vent du nord, la partie sera plus difficile avec une moyenne de 80 km/h. Autre obstacle : l'ouverture de la chasse. « Normalement, les chasseurs savent reconnaître le vol constant des pigeons voyageurs »… ils évitent de les viser.


Les pigeons guidés par l'instinct de survie


A Lens, à l'arrivée, les trois jeunes éleveurs attendront leurs petits protégés. « Pour les colombophiles, l'accomplissement est de les voir revenir au pigeonnier », explique Ludovic. Par quel miracle retrouvent-ils le chemin ? Cinq pigeons auront une bague GPS pour connaître leur cheminement. « Pour le reste, c'est l'instinct de survie qui les conduit. Les plus vieux veulent rejoindre leur compagne, les autres leur éleveur, ou tout simplement pour manger et boire… ».