ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > 2 500 pigeons sur la ligne de départ

 
 
2 500 pigeons sur la ligne de départ
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le mercredi 5 avril 2017 à 07:17
Vu 65 fois.

2 500 pigeons sur la ligne de départ



SUD OUEST

mini_170405073534784619.jpg
De gauche à droite : un colombophile, Costa Somicu, le président, Tino Correia, le secrétaire Rafaël Urbano et le trésorier, Bruno Salat.
C’est au siège social du Messager langonnais, La Gourmette, que s’affairaient les membres du club de colombophilie afin de transporter au mieux leurs pigeons voyageurs.



Cette compétition de pigeons avait été reportée d’une semaine par le ministère de l’Agriculture, pour cause de grippe aviaire. C’est donc le 1er avril que les colombophiles langonnais enregistraient, baguaient et plaçaient en cage plus de 350 pigeons, afin qu’ils rejoignent par transport routier le lieu du lâcher, à Melle, en Charente-Maritime.




Une entreprise importante avec une agitation certaine, comme le faisait remarquer le président du club, Tino Correia : « Il faut faire preuve d’efficacité et de rapidité. »

À 80 km/h

De fait, tous les membres du club s’affairaient à enregistrer chaque pigeon, afin qu’il voyage dans les meilleures conditions possibles et que son temps de vol puisse être dûment référencé. Car il s’agit ici d’une compétition au cours de laquelle ces volatiles, après avoir voyagé en camion, ne sont lâchés que le lendemain et doivent rejoindre leur pigeonnier d’origine le plus vite possible. Cette course de vitesse, sur un trajet d’environ 180 km, est exécutée à une vitesse de croisière oscillant entre 75 et 80 km/h. Lâchés le dimanche matin, les premiers arriveront dans la matinée.

Le faucon, un danger
Il existe toutefois deux fléaux lors de ces courses : les orages magnétiques, qui perturbent le sens de l’orientation de ces champions, et le faucon, qui n’hésite pas à faire de son repas ce sportif aguerri.

Chaque pigeon concourt dans une catégorie bien définie : le pigeon de l’année, le pigeon âgé d’un an (le yearling) et ceux de 2 à 7 ans. Il s’avère, au gré des compétitions, que le pigeon le plus performant est généralement âgé de 2 à 3 ans. Les classements mâles et femelles sont différenciés, mais le sexe n’a guère d’incidence sur la performance. Les pigeons sont donc placés à raison de 25 volatiles par caisse et sur une course de vitesse de ce type ne sont pas nourris au cours du transport, au contraire des compétitions affichant des distances plus importantes (700 à 800 km).

Les contrôles sont électroniques et lorsqu’un pigeon arrive au bercail, il est automatiquement référencé dans la base de données, ce qui permet d’avoir un classement quasi définitif en un temps record. Chaque engagement coûte 0,50 ¤ par tête à son propriétaire.

Un suivi rigoureux

Le Messager langonnais, qui recense 18 licenciés pour plus de 1 000 pigeons, aura donc chargé en premier le camion spécialement équipé pour cela. Le véhicule fera ensuite le tour de la région pour récupérer les pigeons des autres clubs (1 700 au total).

Suivi vétérinaire, vaccination, alimentation saine, enregistrement électronique, ces volatiles font l’objet de grands soins de la part de leurs propriétaires. Et comme chez les chevaux de course ou les lévriers, il existe des champions, des individus au-dessus du lot. Les meilleurs arrivent à s’illustrer dans des compétitions nationales.