ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > Hayange. Qui en veut aux pigeons voyageurs ?

 
 
Hayange. Qui en veut aux pigeons voyageurs ?
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le dimanche 26 mars 2017 à 21:59
Vu 110 fois.

Hayange. Qui en veut aux pigeons voyageurs ?



Envoyé par Luc : mini_170326101542440950.jpg Capables de parcourir 1 000 km en une journée, les pigeons voyageurs sont de véritables athlètes chouchoutés par des passionnés. Ce sont aussi des oiseaux protégés. Photo Pierre HECKLER Depuis le printemps, les pigeons voyageurs sont l’objet d’attaques de rapaces quotidiennes. Pour les éleveurs de la Vallée le coupable n’est pas un oiseau sauvage mais celui d’un fauconnier "clandestin". C’est une série noire pour les colombophiles de la Vallée de la Fensch. Depuis le début du mois de mars, les attaques de rapaces se multiplient sur les colombiers. En quelques jours, à Saint-Nicolas-en-Forêt, Michel Haensler a déjà perdu six de ses pigeons voyageurs, dévorés par un épervier. « Il vient directement sur le colombier, tous les jours aux mêmes heures, comme si c’était son garde-manger » , se désole l’éleveur hayangeois. « Les rapaces sont des prédateurs, cela n’a rien d’anormal. On connaît le risque », assure Christian Sgombri, vice-président de la Fédération colombophile française. Mais les attaques signalées depuis quelque temps ne seraient pas le fait d’oiseaux sauvages. « On a clairement vu deux éperviers avec une sangle autour de la patte », témoigne Michel Haensler, preuve que ces rapaces seraient domestiqués. De quoi provoquer la colère des colombophiles, d’autant qu’il y a deux ans, leurs protégés avaient déjà été l’objet d’attaques identiques. Au début de l’été 2015, un rapace non déclaré avait, en effet, décimé des dizaines de pigeons dans la vallée. L’épervier avait fini par se retrouver piégé avec sa sangle dans un grillage et n’avait pas survécu. Son propriétaire n’avait pas été identifié. Un scénario qui ressemble à s’y méprendre à celui de ce début de printemps. « Nous n’avons aucun problème avec les fauconniers déclarés dans notre région. Mais là, c’est clair, c’est un propriétaire "clandestin" qui s’amuse avec nos pigeons. On ne peut pas l’accepter ! » , insiste Christian Sgombri. « Ce sont des pertes sèches. Chaque pigeon représente un investissement important et on aime nos bêtes ! » L’affaire est d’autant plus délicate que les pigeons voyageurs sont en pleine période d’élevage et de préparation. « Ce sont des athlètes », rappelle le colombophile. Les concours vont démarrer fin avril mais « on ne peut plus les lâcher, ils sont totalement apeurés ». Bien décidés à ne pas laisser l’affaire, les éleveurs ont déposé hier une main courante au commissariat de police. « Le pigeon voyageur est un animal protégé », répète Christian Sgombri. La destruction volontaire de ces oiseaux est strictement interdite et passible d’une amende de 25 000 ¤. De quoi, espèrent les passionnés, décourager les fauconniers sauvages de s’exercer à proximité des colombiers.