ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > Annois : la fédération départementale colombophile réagit

 
 
Annois : la fédération départementale colombophile réagit
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le lundi 14 mars 2016 à 09:12
Vu 566 fois.

Annois : la fédération départementale colombophile réagit



L'AISNE mini_160314092007578392.jpg Après les attaques du vice-président de La Colombe d’Annois contre la fédération départementale, cette dernière a voulu donner sa version. La fédération colombophile de l’Aisne a peu goûté les propos de Jacques Eudeline, vice-président de la société La Colombe d’Annois, parus la semaine dernière dans nos colonnes (notre édition du 5 mars), la mettant en cause dans la dissolution de la section. « Nous démentons catégoriquement les insultes », avance Aurélien Gall, au nom du président départemental. En revanche, il ne contredit pas le système d’amende, « pour des problèmes de paniers mal fermés », comme l’avait résumé Jacques Eudeline. « Amende pédagogique » Cette « règle du jeu » a été mise en place il y a 14 ans, avant que la section d’Annois ne soit créée. « On part avec des camions de 4 000 à 5 000 pigeons sur les concours. Si un panier est mal fermé, les pigeons peuvent s’envoler et partir une demi-heure voire une heure avant les autres. Ça peut déclasser toute la société. On a instauré une amende pédagogique de 15 euros pour forcer les gens à faire attention. » Le vice-président de La Colombe d’Annois a aussi évoqué le fait que les camions ne viennent plus chercher les pigeons pour les concours. Selon la fédération départementale, il s’agissait de la conséquence de factures impayées « malgré plusieurs relances ». « Quelques jours après, ils ont payé la facture et on a ramassé les paniers », complète Aurélien Gall. Dernier point sur lequel les deux parties semblent presque s’accorder : le départ de la société d’Annois de la fédération de l’Aisne. « Trois personnes sont parties à Ham et une à Tergnier. Il reste donc deux personnes mais on trouvera une solution », conclut Aurélien Gall.