ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > Les pigeons bernois sont vaccinés

 
 
Les pigeons bernois sont vaccinés
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le samedi 30 janvier 2016 à 11:02
Vu 482 fois.
Note : etoiles4 (1 vote)

Les pigeons bernois sont vaccinés



LE MATIN mini_160130110453589862.jpg PREMIÈRE EUROPÉENNE — Une campagne de vaccination contre la peste aviaire doit enrayer un épidémie qui décime la population de pigeons dans la capitale. La maladie de Newcastle L'oiseau fiévreux tousse beaucoup, peine à respirer et perd l’appétit. Ses tissus gonflent autour des yeux et de cou, ses diarrhées sont profuses et verdâtres. La maladie de Newcastle se poursuit par des symptômes nerveux: tête penchée, dos rond, ailes tombantes, démarche hésitante. Le plumage s’hérisse et des convulsions précèdent la paralysie et la mort, inéluctable. La maladie virale combattue, c’est la paramyxovirose, redoutable chez le pigeon et néfaste pour les volailles et les oiseaux, mais intransmissible à l’homme. L’opération menée jeudi à Berne en première européenne consistait à capturer les pigeons dans les pigeonniers des sites historiques comme l’église du Saint-Esprit ou la Tour de l'Horloge «Nous en avons vaccinés 109», indique Carina Tobler, gardienne au parc animalier Dählhölzli. L’opération a mobilisé des colombophiles qui ont l’habitude de traiter leur élevage contre le paramyxovirus, un germe présent dans les fientes et mortel à tous les coups. «La dose injectée sous la peau était de 0,2 ml», précise Carina Tobler. Le soir même, ils ont tous été replacés où ils ont été pris. La plus grave hécatombe remonte à l’hiver 2014/2015. A l’automne, leur population était remontée à 700 pigeons, soit la moitié de l’effectif habituel. Pourquoi soigner des oiseaux salissants? «Les villes sont leur habitat, mais ce sont des animaux sauvages et à ce titre, ils méritent de la considération», insiste Carina Tobler. Les respecter, mais certes, mais pas les nourrir: «Le pain n’est pas adapté, c’est du grain qu’il le faut». En stérilisant les mâles et en prélevant les oeufs dans les nids, Carina Tobler et son équipe régule la population de pigeons. «Une ville sans pigeon n’est pas une ville». conclut celle que sa fonction désigne comme «mère pigeon». (Le Matin)