ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > [14-18, les animaux de guerre] Le pigeon, messager voyageur

 
 
[14-18, les animaux de guerre] Le pigeon, messager voyageur
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le lundi 4 août 2014 à 08:36
Vu 521 fois.

[14-18, les animaux de guerre] Le pigeon, messager voyageur



BR.png.png mini_140804085755724768.jpg Après le cheval, force motrice et grande victime de la guerre, suite de notre série avec le pigeon, force de communication efficace et souple. Considéré comme nuisible dans les villes d’aujourd’hui, le pigeon avait un rôle prépondérant au début du XXe siècle. Il y avait des pigeonniers partout, le pigeon étant alors un moyen de communication efficace dans de très nombreuses situations. La première guerre mondiale devait d’ailleurs le montrer. À tel point que « quand les Allemands passent en Belgique, ils tuent leurs pigeons, souligne Laurent Arthur, directeur adjoint du muséum. Vingt-cinq mille sont brûlés vifs, tandis que les Allemands en réquisitionnent un million ». Il est partout, même dans les sous-marins Le pigeon porte en effet les messages, et, lors du premier conflit mondial, il est partout : sur le front comme à l’arrière, dans les chars et les avions, et même dans les sous-marins. Et son efficacité est plutôt bonne, même si nombre d’entre eux sont abattus en vol. D’ailleurs la tentation a existé de faire du pigeon un acteur du renseignement en le dotant d’un appareil photo. Mais le poids du boîtier et le côté aléatoire de la prise de vue n’ont pas forcément permis de très bons résultats. Bref, le pigeon est un élément central du conflit et les anecdotes le concernant ne manquent pas (voir par exemple sur ce site). « Certains se déplaçaient sur des centaines de kilomètres, ajoutent Laurent Arthur. Ils avaient des colombogrammes, sortes de messages rapides, et pour l’époque, c’était très techno. Le pigeon était vraiment le meilleur moyen de communication ». D’autant, ajoute Laurent Arthur, que « le pigeon revient toujours chez lui?; ça, c’est connu. Mais quand il était mis dans des bus à impériale qui changeaient de position, cet animal savait rechercher son endroit de retour ». Bref, un rôle qui a fait de certains pigeons des héros. L’un d’entre eux a été enterré avec les honneurs militaires en Géorgie (USA), un autre a eu onze citations?; les exemples sont nombreux. Et dans pas mal de cas, il était l’ultime recours : les signaux optiques n’étaient pas visibles en cas de brouillard ou de bombardement, les liaisons par fil souvent coupées, et la télégraphie sans fil (TSF) pas encore très développée… Il ne restait que le pigeon. A lire aussi Sous contrôle judiciaire après des violences (Le Berry) [Suivez le guide] Découvrez l'abbaye majestueuse de Fontmorigny (Le Berry) Le vol de carburant échoue (Le Berry) Seuls quatorze animaux ont participé hier contre vingt-cinq l’année dernière au pré de Billeron (Le Berry) [Les contre-visites] Avaricum, cour de tous les miracles (Le Berry) A lire sur le Web Vivre chez soi confortablement et en sécurité peu importe son âge : un expert apporte ses conseils (Malakoff Médéric) Sophie Davant est tombée amoureuse ! (Potins.net) Le lapsus de François Hollande sur Nicolas Sarkozy (Buzger) Michel Sardou soutient sa fille Cynthia suite à son enlèvement et son viol (Potins.net) Les aides financières pour aménager le logement d'une personne âgée (Malakoff Médéric)