ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > Les pigeons, une passion toujours bien vivante pour Monique Estop

 
 
Les pigeons, une passion toujours bien vivante pour Monique Estop
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le vendredi 18 novembre 2011 à 14:21
Vu 971 fois.
Note : etoiles4 (1 vote)

Les pigeons, une passion toujours bien vivante pour Monique Estop



vendredi 18.11.2011, 05:03 - La Voix du Nord
les-pigeons-une-passion-toujours-bien-1438475.jpg
Les concours, «c'est une occupation de tous les jours», rappelle Monique Estop
Les trente-sept adhérents de l'Espoir colombophile, association présidée par Alain Miternique, ...

étaient invités à la remise des récompenses des concours de l'année. Une nouvelle fois, le tandem Alain Miternique - Jean-Marie Défossé s'est distingué et a remporté les titres dans de nombreuses catégories. La particularité de l'association est de comporter, dans ses rangs, une des rares dames à pratiquer la colombophilie. Entretien avec Monique Estop qui, de plus, est trésorière du club.

> Comment vous est venue la passion pour les pigeons ?

« À 20 ans, j'ai connu mon mari et la colombophilie, passion que nous partageons toujours. Je suis émerveillée de voir qu'un pigeon peut parcourir jusqu'à 900 km pour retrouver sa femelle restée au pigeonnier. Quel bonheur quand ils se retrouvent. » Combien de pigeons et combien de temps pour s'en occuper ?

« En 2011, j'ai joué avec vingt-quatre pigeons vieux et treize d'un an. Jeune retraitée, j'y consacre un peu plus de temps, et c'est une occupation de tous les jours. Pour les préparer à la compétition, il y a les volées quotidiennes et, à partir d'avril, les entraînements progressifs jusqu'à 50 km.

La nourriture est un élément essentiel. L'hygiène du pigeonnier est importante. Pour concourir les pigeons sont obligatoirement vaccinés contre la peste aviaire. » > Y a-t-il le stress de la compétition ?

« Cela existe lors de l'attente du retour. Nous connaissons l'heure du lâcher, la distance à parcourir, nous évaluons l'heure du retour. Nous scrutons le ciel pour voir l'arrivée de nos protégés. Mon mari et moi sommes en compétition car nous avons nos pigeons et nos pigeonniers séparés et c'est à celui qui gagnera, ensuite il y a le classement de la société. J'ajoute que les colombophiles nous envient, il semble que les femmes soient plus douces et plus calmes cela favorise le comportement du pigeon qui est moins stressé. »