ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu général :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > Big Brother chez les pigeons?

 
 
Big Brother chez les pigeons?
 
 

Article posté par ΩFrançois.
Paru le jeudi 11 septembre 2008 à 17:55
Vu 2174 fois.

Big Brother chez les pigeons?



pigeon%20science.jpg Mélody Enguix Agence Science-Presse Des pigeons espionnés, la moindre sortie du pigeonnier détectée grâce à des bagues électroniques… Les gris volatiles vivent-ils dans une société orwellienne? Non, ils sont juste étudiés par des scientifiques qui s’en sont longtemps détournés. « Comme le pigeon a été domestiqué et vit en constante interaction avec l’homme, les biologistes s’en désintéressent: pas assez sauvage », explique Anne-Caroline Julliard, qui coordonne le projet de recherche. Mais c’est ce qui plait à la chercheuse au laboratoire écologie, systématique et évolution de l’Université Paris Sud: « vous ne pouvez pas étudier le pigeon sans prendre en considération l’homme. » L’homme le nourrit, mais aussi contrôle sa reproduction, voire l’extermine. Créé il y a trois ans, le groupe de six laboratoires de biologie et de sociologie publie ses premiers résultats. D’abord, les travaux génétiques ont montré que les pigeons qui vivent ensemble ne se ressemblent pas plus que ceux qui sont éloignés. Les généticiens en déduisent qu’au moins quelques pigeons ne se reproduisent pas là où ils sont nés. En un mot, ils voyagent. Or plus ils voyagent, plus ils peuvent recoloniser un lieu où leurs congénères ont été décimés. Donc, exterminer les pigeons à l’échelle locale serait inutile. Reste à savoir s’ils voyagent assez pour repeupler une zone. Si oui, il vaudrait mieux contrôler la population locale par un pigeonnier. Cela permet aux villes de ramasser les ½ufs pour empêcher la reproduction des oiseaux. « Mais notre étude montre que les pigeonnes pondent plus quand on retire leurs ½ufs », note Anne-Caroline Julliard. Est-ce qu’il vaut mieux ramasser huit ½ufs ou en laisser deux éclore? D’autant que les oiseaux choisissent leur lieu de reproduction en fonction des succès des années précédentes. Un pigeonnier où l’on pique les ½ufs est tout de suite moins attrayant. « Les villes choisiront enfin en connaissance de cause, selon les besoins locaux », conclut la chercheuse.
 
 
>>Masquer les commentaires [1]
 
 
 
Commentaire n°1/1
 
 
Remonter Posté le 12/09/2008 par roulemapoule

 
smiley sg3aghumourg3ag.gif moi c'que j'en dit ma brave dame une bonne guerre, et les citadins recommenceront a manger du pigeon si il n'y en a plus ils mangeront les rats, et les rapaces !!! smiley sg3agmortg5fgdeg5fgrireg3ag.gif

les pigeons des villes devraient être décoré pour avoir permis aux citadins de se nourrir pendants les conflits et les famines , dans ce que vous appelez tiers monde ils ont encore leurs utilité : quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage .
peuple lobotomisé a qui il reste si peu de mémoires , continuez de glorifier vos maitres et oublier vos sauveurs .
 
avatar

http://pigeons-voyageurduneb.oldiblog.com//
http://avicultureroulemapoule.over-blog.com/