ban  
  Accueil   Accueil  | forum   Forum  | Livre d'or   Livre d’or  | Contact   Contact  | Liens Web   Liens Web  
 
Menu :
 
   
 
Forum :
 
 

 
 
 
 
 

Index des articles > Articles de presse > Paru dans LCB le 19/06/07

 
 
Paru dans LCB le 19/06/07
 
 

Article posté par Mars.
Paru le jeudi 21 juin 2007 à 20:20
Vu 1450 fois.

Paru dans LCB le 19/06/07



Un peu de tout…

Cela fait déjà un petit temps que l’idée d’écrire quelques lignes sur le convoyage de nos pigeons me trotte dans l’esprit. Depuis quelques semaines, en effet, plusieurs concours ont fait l’objet de critiques. Certaines fondées, à mes yeux, et d’autres moins voire pas du tout. Je vais introduire le sujet de manière assez brutale en reprenant un rapport transmis à la RFCB sur le lieu de lâcher de Dourdan pour le week-end du 5 et 6 mai. Voici quelques points :
Tous les camions sont arrivés en retard sur le lieu de lâcher.
Il y avait un problème à chaque convoi : surcharge, un seul convoyeur pour lâcher manuellement un camion entier
Aucun chauffeur n’avait prévu de nourriture en cas de remise des concours
Tout fût remis au dimanche en raison du mauvais temps et il apparaît que de fausses informations quant aux conditions météo furent transmises par les convoyeurs sur place. On note ainsi à 8 hrs « bonne visibilité » tandis que l’observateur français notait une visibilité de 3 à 4 km au plus. On peut se demander ce qu’il serait advenu des pigeons si ce français n’était resté sur place jusqu’à 11 heures au moment où les concours furent remis au lendemain.
Dimanche 6 mai, les pigeons du Brabant ont été libérés à 8H50. Ils prirent directement la bonne direction et dans les 15 secondes tous les pigeons étaient partis.
A 9H le convoyeur de Flandre Orientale, seul pour le convoi, commença à lâcher avant de se rendre compte que 6 paniers étaient toujours plombés. Les derniers furent libérés 1 minutes 50 après les premiers…
J’ose espérer que les contrevenants seront lourdement sanctionnés et qu’il ne s’agit là de pratiques propres qu’à une minorité des transporteurs. Je ne souhaite en rien jeter dans la fosse aux lions sans autre forme de procès des hommes qui font un métier difficile. Il faut aussi rappeler que dans la plupart des cas, ils ne font que mettre à exécution l’ordre de lâcher ou non de l’organisateur des concours. Je ne reviendrai pas sur les concours des 19 et 20 mai. Le sujet a déjà fait couler beaucoup d’encres et je le répète à nouveau, il semble que des éléments météorologiques imprévisibles aient perturbé fortement le bon déroulement des concours. Cependant, je voudrais malgré tout souligner que si l’on a applaudi des deux mains les convoyeurs qui ont remis les concours du samedi au dimanche, on ne peut que condamner ceux qui sont revenus de Pithiviers (Anversois) pour lâcher à Halle dans la pluie occasionnant des pertes stupides pour des amateurs qui pensaient avoir échappés au pire.
Je suis conscient que prendre la responsabilité d’un lâcher n’est guère aisée. Certaines décisions peuvent cependant faire bondir et réagir le plus calme des colombophiles. Il faut être conscient que si nous ne sommes rien sans les organisateurs, ils ne sont rien sans nos pigeons et notre argent.
Je vais prendre ici deux exemples qui me touchent et qui demeurent un mystère faute d’explications officielles des responsables. Nous habitons en Province de Liège et jouons les concours de la Zone 3, Hesbaye-Liège sur le télétexte ou à la radio.
Le 26 mai avait lieu Melun. Le concours fût remis au lendemain avec justesse en raison du mauvais temps sur l’ensemble de la ligne de vol. Dimanche 27 mai le temps était au beau fixe. Un vent de sud, sud-ouest nous promettait un déroulement rapide des concours. A 8H55 le télétexte annonçait laconiquement que le convoyeur pour Hesbaye-Liège revenait vers la frontière avec les pigeons. Les autres lâchaient leurs pigeons à 8H30 et 9H. Il convient d’ailleurs de remarquer que tous les convoyeurs de la ligne de l’est ont libéré leurs pigeons dans la matinée sur l’ensemble des lieux de lâcher initialement prévus, de Bourges à Philippeville. Ceci mériterait une explication afin d’éviter que toutes sortes de rumeurs ne circulent. Je voudrais simplement que l’on regarde les observations météorologiques disponibles via le site www.meteociel.fr… A la date du 27 mai on peut y lire pour la station de Melun :
6 heures – 8,9 degrés – sec – 12 km de visibilité – vent sud-ouest 11 km/h
7 heures – 8,8 degrés – sec – 12 km de visibilité – vent sud-ouest 15 km/h
8 heures – 9,6 degrés – sec – 15 km de visibilité – vent sud-ouest 15 km/h
9 heures – 10,9 degrés – sec – 15 km de visibilité – vent sud-ouest 15 km/h
10 heures – 13,2 degrés – sec – 15 km de visibilité – vent sud 19 km/h
Chacun se fera son opinion… Pour la petite histoire, nos pigeons auront finalement été lâchés à Laon à 11H40. Ce lieu de lâcher semble également curieux dans la mesure où il ne s’agit pas d’un lieu de lâcher habituellement fréquenté par les groupements liégeois. En outre, ce concours ne pourra être pris en compte pour le championnat provincial nouvelle mouture puisqu’il ne se trouve pas parmi les lieux de lâcher qui peuvent être pris en compte pour le championnat vitesse.
Le 2 juin avait lieu un Salbris Provincial Liège. Dans la matinée, les pigeons de Brive national et d’Argenton ACN virent leur concours remis au dimanche en raison de la persistance d’un temps brumeux causant une mauvaise visibilité sur une partie de la ligne de vol (sur Bourges moins de 5 km de visibilité,…). C’est la stupéfaction lorsque nous apprenons que les pigeons de Salbris sont libérés à 12H20 par vent de nord/nord-ouest. Cette décision mérite une explication. Certains amateurs liégeois ont une distance de plus de 450 km sur ce concours. Lâcher à cette heure par un tel vent impliquait que beaucoup de pigeons passeraient une nouvelle fois la nuit dehors alors qu’on aurait pu libérer les pigeons tôt le dimanche matin. En effet, près de 50% des contingents de l’ouest de la province, principalement les yearlings ne parviendront pas à rejoindre leur pigeonnier le soir du concours. Qualifieriez-vous cette décision de responsable ? La rumeur veut que cette décision ait été prise sous la pression des représentants de l’est de la Province. Nous sommes en droit de demander des explications à nos mandataires. Que s’est-il passé ce 2 juin et, au-delà, comment se prend une décision de lâcher un concours provincial ? Notre journal ouvrira ses colonnes à tout responsable provincial qui souhaiterait s’exprimer sur le sujet.
Je conclurai cet article par une note positive en saluant le travail accompli dans le plus grand sérieux par les convoyeurs chaque semaine. Je pense en particulier aux convoyeurs de la Zone 3 qui méritent que l’on prenne quelques instants pour saluer le soin qu’ils mettent à convoyer nos pigeons dans de bonnes conditions. Si j’ai parlé tout à l’heure du concours de Melun transformé en Laon, il faut reconnaître que les pigeons sont rentrés en bon état malgré trois jours de panier.


Mars