Au Moyen-Orient, la passion millénaire pour les pigeons perdure

URL=https://www.casimages.com/i/210317112933923977.jpg.html]mini_210317112933923977.jpg
Des pigeons s'envolant du toit d'une maison au pied du plateau de Guizeh près du Caire, le 21 février
Du sommet de son pigeonnier en bois avec vue imprenable sur les pyramides de Guizeh, Abdel Rahmane Gamal fait tournoyer, au rythme de ses sifflements, une vingtaine de pigeons dans les airs, sous la lumière chaude du crépuscule égyptien.

Élever des pigeons est "un bon passe-temps (...) quand on est à la maison et qui empêche de faire des bêtises", assure le jeune trentenaire qui a découvert ce loisir quand il avait six ans grâce à son grand-père et à son oncle.

Désormais, avec son frère Omar, 28 ans, il dresse une quarantaine d'oiseaux sur le toit familial, dans le quartier populaire de Nazlet al-Seman, au pied du plateau de Guizeh, près du Caire.

La colombophilie est attestée "depuis l'époque pharaonique" en Égypte, avec "des pigeons sculptés sur les murs des temples", raconte Ahmed Khalifa, président de l'Union égyptienne du pigeon voyageur.

Cette tradition essentiellement masculine s'est implantée ailleurs en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, où des pigeons sont élevés pour des courses, des jeux ou... dans un but culinaire.

Lucratif

Et, dans une région perturbée par les conflits et la pandémie de COVID-19, la colombophilie reste populaire.
En Syrie, si dix années de guerre et la crise économique ont contraint beaucoup d'éleveurs à vendre leurs oiseaux, la discipline persiste dans les camps de déplacés d'Idleb (Nord-Est), où des marchés sont organisés, selon un correspondant de l'AFP.

De même, des courses de pigeons ont continué de se tenir au Yémen, malgré le conflit qui ravage ce pays depuis 2014.

De leur côté, les "matyarchis" (éleveurs) irakiens, longtemps considérés comme immoraux et peu fiables, ont été réhabilités aux yeux de la société ces dernières années, leur passe-temps devenant même coté.

Dans cette région du globe, les pigeons de course, dont les plus rapides atteignent environ 100 km/h, se vendent entre quelques dizaines et des milliers de dollars, une vente irakienne ayant culminé à 180.000 dollars (150.000 euros) il y a quelques années.

En Égypte, des centaines voire des milliers de volatiles participent à de telles courses. L'Union nationale en organise deux par an, du Caire jusqu'à Salloum (nord-ouest, 600 km) et à Assouan (sud, 700 km).

Mais les concours les plus courus sont les "derbys" informels avec des prix pouvant atteindre 2,5 millions de livres égyptiennes (quelque 130.000 euros), explique M. Khalifa.

Au Maroc, les courses, qui restent l'apanage de cercles d'initiés, ont en revanche connu un temps mort avec la pandémie.

Mais "on espère se rattraper cette année, (et) plusieurs courses ont déjà eu lieu", explique Salah Eddine Khannouss, vice-président de la Fédération de colombophilie du Grand Casablanca.


Article écrit par François le mercredi 17 mars 2021 à 11:24

[ Imprimer ] - [ Fermer la fenêtre ]